AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Six ans de malheur [Cam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Moïra Quinn
•I wanna be with you while the planet dies •
avatar

Nombre de messages : 135
Age : 28
Love : I love you as much as you hit me
Fears : Mr Hyde,this person I can't bear
Date d'inscription : 27/02/2008

Genetic Code
Ability:
Side: MAFIA
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Six ans de malheur [Cam]   Mar 4 Mar - 20:48

6 ans. Ca faisait six ans qu’ils s’étaient unis pour le meilleur et le pire et autant dire que ces dernières années, elle avait plus connu le pire que le meilleur et pourtant, pourtant elle était toujours là, près de lui, son amour restait le même, il ne se ternissait pas malgré les coups et les insultes. Cameron ne l’avait pas totalement brisée et elle restait assez forte pour continuer à accepter la situation, compatissant. Elle regrettait que sa carrière ait été brisée par son père et quelque part, elle s’en sentait en partie responsable . Si seulement elle n’avait pas acceptée sa demande en mariage, ils n’auraient rien eut à annoncer à ses parents.

Ce qui est fait est fait et elle ne se plaignait pas de ce qu’elle possédait même s’il ne s’agissait pas de la vie dont elle rêvait plus jeune. Même si Cameron faisait toujours partie du décor, elle aurait préféré être avocate plutôt que trafiquante de drogues mais la vie nous force quelques fois à emprunter d’autres chemins que ceux qu’on aurait souhaités.

Elle s’était arrangée pour avoir sa journée et pouvoir préparer comme il se devait, leur anniversaire de mariage malgré la situation des derniers jours. Il était de plus en plus jaloux et elle devait presque lui faire des comptes rendus détaillés de ses journées pour qu’il soit certain qu’elle ne voyait personne et elle, pour tenir le coup, se permettait des petits extras, cocaïne quand elle avait besoin d’énergie et héroïne quand elle sentait qu’il perdrait patience et qu’elle en paierait chèrement les conséquences. Sans qu’elle s’en aperçoive, il l’avait poussé dans la consommation de choses qui la répugnaient, juste pour être capable d’oublier.

Moïra avait commencée la journée à 8 heures du matin, elle devait tout préparer et rappeler à ses parents l’invitation. Depuis qu’ils avaient eut vent de ce que son mari lui faisait subir, ils ne venaient quasiment plus et son père avait un mal fou à ne pas envoyer son gendre dans le mur. Après avoir téléphoné à sa mère puis à la mère de Cameron, elle se chargea de la cuisine, y passant la journée et ayant juste le temps de prendre une douche et de se changer avant l’arrivée de leurs invités. Ce soir, Monsieur semblait de bonne humeur et c’était un soulagement.

Ses parents furent les premiers à frapper et elle ouvrit, le sourire aux lèvres, les serrant dans ses bras, cachés par une robe à manches longues pour ne pas que ses cicatrices transparaissent. Elle savait que les choses étaient plutôt tendues entre les deux hommes, son père ne pouvait s’empêcher de faire des remarques de sorte de faire comprendre au mari de sa fille qu’il savait tout et qu’il suffirait d’un mot de celle-ci pour qu’il le brûle sur place. Quand Mrs Quinn frappa, ce fut une autre histoire et elle sentit le regard assassin du jeune homme sur elle mais elle n’y prêta pas attention et aida sa belle mère à s’installer.


« Bon, comme tout le monde est là, je vais chercher l’apéritif. » dit-elle en bonne hôtesse avant de disparaitre dans la cuisine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Quinn

avatar

Nombre de messages : 90
Age : 36
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: Six ans de malheur [Cam]   Mer 5 Mar - 19:45

Ces célébrations lui prenaient la tête et les jours qui les avaient précédés avaient été infernaux. Il détestait l’idée de se retrouver face à face avec sa belle famille. Heureusement pour lui, Heather avait avertit sa sœur qu’elle ne pourrait pas être présente. C’était déjà ça de gagner. Il n’aurait pas réussit à supporter Heather et son père en même temps. Autant le beau-père et lui s’étaient bien entendu à une époque. Autant aujourd’hui quand il se retrouvait dans la même pièce ils ne voulaient que se sauter à la gorge.

Heureusement, il avait du travail à faire et fut sortit une grande partie de la journée avant de revenir à la maison juste à temps pour prendre une douche. Quand il en sortit ses beaux parents étaient déjà au salon. Il embrassa la mère de Moira et fit un signe de tête à son beau-père qui lui lança un regard meurtrier. Il l’ignora royalement en allant prendre place près de sa femme qui discutait avec sa mère. L’atmosphère était électrique et les deux hommes ne pouvaient s’empêcher de se lancer des regards haineux. Malgré l’atmosphère électrique, tout le monde était encore vivant et il faillit sursauter quand la sonnerie de la porte d’entrée retentit à nouveau. Il fit un mouvement pour aller répondre, mais Moira l’en empêcha.

Il passa à deux doigts de s’étouffer quand il vit sa mère apparaitre dans l’entrée. Il se leva et se plaqua un sourire au visage avant d’aller embrasser sa mère et la serrer dans ses bras.

-Content de te voir, Maman, mentit-il en se redressant.

-Ton père te fait dire bonjour mon grand.

« Bon, comme tout le monde est là, je vais chercher l’apéritif.»

Il reconduit sa mère au salon avant de s’éclipser à la cuisine.

-Qu’est ce qui t’as pris de l’inviter?, siffla-t-il en l’attrapa fermement par le bras pour qu’elle se retourne et lui faire face. Tu sais bien que dès qu’elle va quelque part le vieux n’est pas loin derrière.

Comme pour confirmer ses paroles, la sonnerie de cellulaire de sa mère résonna dans le salon tout près. Il pointa son oreille pour que sa femme tende l’oreille.

« Oh, chéri!... Je suis chez Cameron. Je t’en ai parlé… »

Découragé, il sortit de la cuisine et attrapa le portable de sa mère au passage avant de monter à l’étage.

-Écoute-moi bien!! Elle sera de retour ce soir, mais tu t’approches de ma maison, de maman pendant qu’elle est ici ou de ma femme et je jure sur la tête de Jay que la dernière chose que tu verras sera moi te mettre une balle… Compris?... Good.

Il raccrocha et redescendit au rez-de-chaussée pour rendre son portable à sa mère.

-Ferme-le. Je ne veux pas de lui dans ma maison.

Puis il retourna dans la cuisine. Il se mit à faire les cents pas dans la cuisine devant Moira appuyer contre le comptoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moïra Quinn
•I wanna be with you while the planet dies •
avatar

Nombre de messages : 135
Age : 28
Love : I love you as much as you hit me
Fears : Mr Hyde,this person I can't bear
Date d'inscription : 27/02/2008

Genetic Code
Ability:
Side: MAFIA
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: Six ans de malheur [Cam]   Mer 5 Mar - 20:42

A peine vit-il sa mère qu’elle sentit que ça irait très mal pour elle et elle prit l’excuse de l’apéritif pour s’éclipser, son père avait dû voir son malaise puisqu’il proposa son aide qu’elle refusa gentiment avant de disparaître dans la pièce à côté. Ses mains tremblaient et elle détestait ce sentiment de peur qu’elle pouvait ressentir, ce n’était pas normal d’avoir peur de l’homme qu’on aimait. Lorsqu’elle fut sur le point de sortir un sachet de poudre de son soutien gorge, Cameron apparut et elle retira immédiatement sa main et se chargea des bouteilles avant qu’il ne l’attrape par le bras.

« Parce que c’est ta mère et qu’elle a toujours été adorable avec moi ! Regardes, elle est venue seule non ? »

La jeune femme le regarda un moment et leva les yeux au ciel lorsqu’il sortit et monta à l’étage. Dans ce genre de moment, elle aurait aimé former un couple normal et pouvoir lui dire combien elle le trouvait ridicule avec toutes ses règles et ses manières de faire inutiles et aussi à quel point il la gonflait de toujours lui imposer ses choix. Seulement ici, elle n’avait le droit à la parole que quand il l’avait décidé et justement, il ne le décidait pas souvent.

Rapidement, elle prépara l’apéritif pour ses invités et retourna en cuisine pour vérifier la cuisson du repas et ranger les quelques trucs qui traînaient . Il fit de nouveau son apparition, tournant en rond comme un lion en cage et elle fit un pas vers lui pour le stopper et se nicher dans ses bras. Ca lui arrivait de moins en moins souvent de faire des gestes vers lui, elle ne savait jamais comment il prendrait les choses et préférait éviter de se prendre un revers pour un baiser.


« Arrêtes de t’inquiéter comme ça darling, c’est une soirée juste pour nous, tout va bien. Et puis j’ai une surprise pour toi quand tout le monde sera parti. »

Un sourire plein de malice s’afficha sur son visage avant qu’elle ne l’embrasse avec passion, lui offrant ainsi un avant goût de ce qu’elle avait pu préparer puis elle disparut pour apporter de quoi grignoter.

L’ambiance était électrique mais la guerre ne fut déclarée qu’au plat de résistance et Jason déclara les hostilités. La conversation avait rapidement dérivée sur les demandes quotidiennes que recevaient ses parents pour employer Moïra bien qu’elle ne réponde à aucune depuis des années maintenant.


« Chérie, je ne comprends pas pourquoi tu n’acceptes pas une place dans ce grand cabinet de New York, tu auras une meilleure vie et tu pourras rencontrer des gens bien plus intéressants. » dit-il en jetant un regard glacial à Cameron

Constatant que son mari commençait à perdre patience, elle glissa sa main sous la table et lui prit la main, entrecroisant leurs doigts comme lorsqu’ils étaient encore adolescents et qu’il avait envie de démolir Mike qui le narguait.


« Ma vie est ici Papa. Vous êtes tous ici et j’ai pas envie d’abandonner tout ça pour de l’argent et des voyages. »

« Il y a certaines obligations dont tu peux toujours te dégager. »

Cette fois, Cameron avala de travers et manqua de s’étouffer, elle prit le parti de le faire lever de tabler et de l’attirer dans la salle de bain tandis que sa mère sermonnait son père pour être aussi agressif.

« T’occupes pas de lui, je partirais pour rien au monde. Te fâches pas, il pense savoir ce qui est le mieux pour moi mais il a pas compris que c’était toi. Je t’aime. »

Quoique ces derniers temps ce qu’elle disait n’était plus véritablement d’actualité. Il lui arrivait de souhaiter être loin de lui et de leur maison, elle ne supportait plus de le regarder dans les yeux après tout ce qu’il lui avait fait puis ça passait avec des câlins, des baisers et la manière dont il lui faisait l’amour, comme au premier jour alors elle avait honte d’avoir osé penser à le quitter alors qu’il l’aimait autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Quinn

avatar

Nombre de messages : 90
Age : 36
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: Six ans de malheur [Cam]   Jeu 6 Mar - 20:37

« Parce que c’est ta mère et qu’elle a toujours été adorable avec moi ! Regardes, elle est venue seule non ? »

-Barely!! Maintenant il va appeler tout les dix minutes, si ce n’est pas sur son portable se sera à notre numéro qu’elle doit avoir quelques part dans son carnet.

Il partit avant que son beau-père ne s’inquiète trop de les voir seule dans la cuisine. Pour un couple normal, il aurait probablement cru qu’ils essayaient d’échapper à la présence parentale pour batifoler, mais malheureusement ils n’étaient pas comme les autres. L’appel de son père le mit dans une colère noire, il préféra donc se réfugier à nouveau dans la cuisine quand il eut raccroché. Il aurait payé cher pour une dose, mais ce n’était pas le moment.

Il s’arrêta surpris quand elle vint le prendre dans ses bras. Il passa ses bras autour de sa taille et la serrait plus étroitement.

« Arrêtes de t’inquiéter comme ça darling, c’est une soirée juste pour nous, tout va bien. Et puis j’ai une surprise pour toi quand tout le monde sera parti. »

Son sourire lui rappela une époque ou ils étaient heureux ensemble. Ils l’étaient encore… Parfois. Rarement. Et puis son baiser avait un goût de promesse pas seulement dans l’immédiat. Dommage que le diner supposé célébrer leur union se transforme en séance de psychothérapie familiale. Il admirait le calme de son épouse qui répondait à son père comme elle l’avait toujours fait. Son ton restait poli et aimant malgré la pointe d’irritation qu’on pouvait distinguer. Lui se contentait de fermer sa gueule et d’encaisser. Tapant du pied jusqu’à ce qu’il sente la main de sa mère sur son genou et celle de Moira qui attrapait la sienne. Refusant de se cacher et en signe de réponse aux allégations de son beau père, il pose leurs mains sur la table et posa ses lèvres sur leurs doigts entrecroisés.

« Ma vie est ici Papa. Vous êtes tous ici et j’ai pas envie d’abandonner tout ça pour de l’argent et des voyages. »

« Il y a certaines obligations dont tu peux toujours te dégager. »


Il s’étouffa et dut prends une seconde pour reprendre son souffle avant que Moira ne l’entraine le plus loin possible de son père.

« T’occupes pas de lui, je partirais pour rien au monde. Te fâches pas, il pense savoir ce qui est le mieux pour moi mais il a pas compris que c’était toi. Je t’aime. »

Il la regarda bizarrement, incrédule. Comment pouvait-elle toujours l’aimer? Encore le supporter? Il la regarda lui tourner le dos pour faire face au miroir et il se plaça derrière elle en soupirant, posant ses mains sur ses hanches et se pressant contre elle avant de se pencher pour embrasser son épaule qu’il savait meurtri. Ses lèvres remontèrent lentement dans son cou jusqu’à son oreille.

-Je t’aime aussi, mon Étoile!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moïra Quinn
•I wanna be with you while the planet dies •
avatar

Nombre de messages : 135
Age : 28
Love : I love you as much as you hit me
Fears : Mr Hyde,this person I can't bear
Date d'inscription : 27/02/2008

Genetic Code
Ability:
Side: MAFIA
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: Six ans de malheur [Cam]   Ven 7 Mar - 0:28

Si son univers avait pu se réduire à seulement lui, Cameron aurait été satisfait. Il détestait chaque initiative qu’elle pouvait prendre si bien qu’elle finissait par se sentir comme une petite fille qui attend l’approbation de ses parents pour faire quelque chose et elle ne supportait plus ça. Elle avait toujours été très indépendante et dépendre autant de son bon vouloir commençait à la fatiguer. Elle essaya bien sûr de lui en faire part mais chaque fois il prenait ça comme une remise en question de ce qu’il était et faisait et se sentait humilié, soit les coups pleuvaient ou alors il l’insultait et la rabaissait plus bas que terre, se sentant sans doute mieux en ayant l’impression qu’il y avait moins bien que lui.

Les problèmes d’image, Cameron en avait toujours connus et ce fut pour cette raison qu’il intégra l’équipe de football du lycée, pour être enfin reconnu comme quelqu’un d’intéressant et dans le vent. Très vite les filles s’intéressèrent à lui mais uniquement pour sa popularité mais il semblait s’e, satisfaire ce qui la rendait folle de rage . Aucune de ces pétasses ne le connaissait comme elle, elle le connaissait et souvent elle regrettait ce garçon un brin effacé dont elle étai tombée amoureuse. A ses yeux, il était le meilleur, seulement lui, ne voyait rien.

Son père n’était pas si laxiste que Moïra et il accabla son gendre de reproches, dégoûté qu’on puisse s’abaisser à frapper une femme et particulièrement sa fille. Elle ne comptait plus le nombre de fois où elle dut le retenir de dire quoi que ce soit, elle voulait qu’ils se sortent de cette mauvaise passe tous seuls. Pourtant cette passe durait depuis quatre ans maintenant et elle ne savait plus quoi faire. Elle l’avait écouté, elle l’avait disputé, aidé, câliné mais rien, rien n’y avait fait, à croire qu’elle ne savait rien faire de bien, il avait sûrement raison.

Son père fixa leurs mains entrelacées mais il ne s’arrêta pas en si bon chemin et finit par mettre sn mari hors de lui, elle préféra l’entraîner dans la salle de bain pour le raisonner et le calmer un peu. Elle refusait que ça se termine en conflit familial.

Après un petit discours pour lui faire reprendre confiance, elle lui sourit et finit par se tourner pour remettre ses cheveux en ordre, il finit par venir se coller à elle et l’embrassa dans le cou. Il savait combien ce genre de baisers pouvait la rendre dingue et elle ne doutait pas qu’il le faisait exprès. Elle frissonna alors qu’il prétendait l’aimer et elle lui fit enfin face pour trouver ses lèvres, pour un peu, elle regrettait presque que les invités soient là même s’ils semblaient remettre un peu de piments dans leur couple ce qui manquait terriblement ces derniers temps. Après de doux baisers échangés, elle finit par y mettre un terme.


« Il faut qu’on y aille sinon ça risque de parraitre étrange tu crois pas ? »

Il répondit à son sourire et la laissa passer devant, la gratifiant d’une petite claque sur les fesses ce qui la fit éclater de rire.

Le reste du repas fut plutôt calme mais tout bascula quand elle revint de la cuisine avec les cafés. Elle avait machinalement relevées ses manches pour laver les plats dans l’évier et ne les avait pas rebaissées en revenant dans le salon. Ses avant bras étaient couverts de bleus et de cicatrices en tout genre, quand elle s’en aperçut, elle les remit aussitôt correctement mais c’était trop tard, son père avait vu et lui qui se contenait depuis le début envoya son poing au visage de son gendre qui s’enfonça dans son fauteuil, se tenant le nez.


« Espèce de salaud, je vais te faire voir ce que ça fait. Je vais te tuer pour ce que tu fais à ma fille, je te jure que je vais te tuer ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Quinn

avatar

Nombre de messages : 90
Age : 36
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: Six ans de malheur [Cam]   Ven 7 Mar - 5:39

Son estime quasi inexistante était un énorme problème. Il avait finit par croire tout ce que son père avant pu lui dire. Le psy qu’il avait un jour consulté à l’université avait même poussé l’analyse à dire que l’acceptation de son frère au détriment de sa personne avait aussi joué un rôle. Mais le pire était sa femme. Il l’aimait, mais malheureusement tout l’amour qu’il pouvait lui porté ne changeait pas qu’à ses côtés il se sentait affreusement con. Elle était tellement intelligente et lui tellement… Elle était d’un calme à toute épreuve et il entrait dans une colère noire pour un oui ou un non. Elle aurait pu décider de ne pas rester à Salem avec lui. Il accordait ce point à son père et il l’aurait suivit. Peut-être que les choses auraient été différente là-bas ou peut-être auraient-ils été heureux.

*Arrête de te torturer avec tes suppositions. T’es qu’un rien peu importe quel scénario ton imagination peut pondre* siffla la voix de son père dans sa tête.

Se levant brusquement pour mettre fin à cette farce, il fut détourné par sa femme qui l’entraina à l’écart. Il soupira quand elle le poussa dans la salle de bain. Il n’avait qu’une seule envie mettre son poing au visage de son beau-père. Il avait maintenant la ferme conviction que la soirée ne se terminerait pas sans blessé. Jason et lui étaient à bout de nerf et il ne suffisait que d’une minuscule étincelle pour causer une explosion. Mais pour l’instant il se retrouvait dans les bras de celle qui l’aimait. Elle essayait de le rassurer, depuis longtemps de telle discours n’avaient plus l’effet escompté, mais il n’avait pas le cœur de lui dire tout de suite. Alors qu’elle recommençait seulement à sourire sous ses baisers.

« Il faut qu’on y aille sinon ça risque de paraitre étrange tu crois pas ? »

-Vas-y. Je vais monter à l’étage c’est préférable avant que ton père et moi déclenchent la Troisième Guerre Mondiale.

Elle soupira et s’appliqua à force de baiser et d’arguments à lui faire entendre raison. Il fit par accepter de redescendre, mais mit au clair qu’il ne tenait pas à faire de problème. Et puis pour une fois, il n’avait rien fait et s’était son beau-père qui passait son temps à le provoquer et à le pousser dans ses retranchements. Le sourire rassurant de Moira eut raison de lui et ils échangèrent un dernier baiser avant qu’il s’efface pour la laisser sortir. L’entendre rire colla un sourire sur ses lèvres. Il ne put s’empêcher quelques petites gestes de provocations quand ils arrivèrent dans la salle à manger. Son bras autour de la taille de Mo’, la serrant étroitement contre lui. Le baiser qu’ils échangèrent avant de reprendre leurs places à table.

Le reste du repas se passa relativement bien. Il commençait à penser que peut-être son pessimisme avait réussit à avoir le meilleur de lui. Ce fut un homme un peu plus détendu qui entra en conversation avec sa mère, tandis que Moira préparait le café en cuisine. Il y avait un long moment qu’il n’avait pas eu la chance de discuter avec sa mère sans que son père les interrompe. Il était un expert dans ce domaine. Gardant son fils et sa femme complètement isolé l’un de l’autre. Aucune façon de pouvoir simplement lui dire comment sa journée s’était passée sans que son père apparaisse. Il se souvenait quand il était revenu avec Moira pour faire ses valises après leur première nuit ensemble. Ses nouveaux beaux-parents avaient acceptés de l’hébergé et la seule qui semblait mécontente dans cette histoire était Heather, la petite sœur de Mo’. Il n’avait même pas pu la mettre au courant parce que son père avait fait son apparition et il avait préféré faire l’opposé et fuir. Il n’avait même pas eu la chance de lui parler de Moira et lui, même si elle devait bien s’en douter vu les circonstances.

Pris par surprise, il vit à peine le coup arrivé. Ce fut la douleur dans son nez qui le convaincu qu’il ne rêvait pas. Il ne lui fallut que quelques secondes pour absorber la douleur puis se mit sur ses pieds pour à son tour répondre une droite.

-Vous oubliez une chose…

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase. Jason le plaquait contre le mur le plus près et le ruait de coups. Il entendit les cris de Moira résonner dans ses oreilles, mélanger pour la première fois à ceux de sa mère. Il réussit malgré sa force relative à se défaire de l’emprise de Jason. Il vit aussitôt sa petite femme s’imposer entre eux. Il se retint de toutes ses forces de ne pas la pousser hors de son chemin pour finir de démonter son père.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moïra Quinn
•I wanna be with you while the planet dies •
avatar

Nombre de messages : 135
Age : 28
Love : I love you as much as you hit me
Fears : Mr Hyde,this person I can't bear
Date d'inscription : 27/02/2008

Genetic Code
Ability:
Side: MAFIA
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: Six ans de malheur [Cam]   Ven 7 Mar - 16:32

Quand elle vit son père se redresser et écraser son poing sur le nez de son mari, elle se mit à paniquer, effrayée à l’idée qu’il puisse utiliser son don pour réduire son gendre au silence. Le pouvoir de son père n’était pas aussi pacifique que le sien et elle savait qu’une fois lancé, on l’arrêtait difficilement, seule sa mère en était capable et peut-être elle. Moïra se sentit soudain responsable de tout ça, elle avait absolument tenu à faire un dîner en leur honneur mais au fond savait pertinemment que ça ne pourrait que mal se passer.

En voyant son père fondre sur Cameron, son cœur manqua un battement et elle eut un mal fou à réagir. Il plaqua déjà le jeune homme contre le mur, le regard incandescent et il commençait à l’étouffer avec son bras. Jason faisait bien deux têtes de plus que son gendre et avait la carrure d’un jouer du superbowl, il lui aurait suffit de l’attraper d’une main pour le soulever du sol. La température de la pièce augmenta sensiblement et elle prit conscience du danger qui guettait l’élu de son coeur. Non, elle ne le laisserait pas lui faire du mal.


« PAPA ARRETES ! » hurla-t-elle

Cameron profita de ce moment d’inattention pour repousser Jason et tenter de lui faire payer cette énième provocation, dans sa propre maison mais sa femme se mit entre eux et elle n’ignorait pas qu’elle pouvait très facilement se prendre une claque violente mais peu lui importait, il était hors de question que les deux hommes de sa vie se déchirent tout simplement parce qu’elle serait incapable de choisir l’un d’eux.

La respiration haletante, Cameron tentait tant bien que mal de recouvrer son calme et d’essuyer ce sang qui coulait de son nez, Moïra lui tendit un mouchoir mais ne l’approcha pas et ne lui dit rien. Elle savait que dans ce genre de moment, elle pouvait très vite devenir l’objet de sa colère et la victime et ce soir, elle ne le supporterait pas, de plus, elle lui en voulait, pour la première fois depuis leur mariage, elle lui en voulait vraiment pour quelque chose . Elle ne tolérait pas qu’il ait osé répondre à son père, ça la mettait hors d’elle et pour un peu, elle aussi aurait bien aimé lui péter le nez une deuxième fois.


« Ma puce, prends des affaires et rentres à la maison le temps qu’on trouve une solution, ne restes pas avec ce monstre ! »

« PAPA ! »

Ca faisait bien longtemps qu’elle n’était pas sortie de ses gonds, elle restait toujours calme et imperturbable, quel que soit le problème mais ils la poussèrent à bout.

« Vous êtes vraiment les hommes les plus débiles que j’ai jamais vu ! Quand vas-tu comprendre que je me suis pas mariée avec Cameron par pitié mais parce que je l’aime et qu’être avec lui me rend heureuse ! »

« Il te le rend en te frappant ? » lâcha-t-il exaspéré

« Ce qui se passe dans notre couple ne te regarde pas. Je n’ai plus 10 ans. Vous me décevez beaucoup, je pensais pouvoir pour une fois faire quelque chose de bien mais une fois de plus vous avez tout gâché, j’ai plus envie de vous voir ! » lâcha-t-elle à l’adresse des deux hommes avant d’attraper son manteau et de sortir en larmes.

Elle détestait ce rôle de médiateur qu’on lui avait attribué, devant éviter le pire et tempérer les conflits. Ils avaient qu’à s’entretuer si ça pouvait leur faire plaisir, ça lui était égal, elle voulait qu’on lui foute la paix pas qu’on lui envoie au visage ses échecs. Sa vie semblait être un gros échec, il semblait qu’elle avait loupé le train du bonheur des années auparavant, peut-être qu’au fond ce gars à l’Université était l’homme de sa vie. Rester avec Cameron était de l’entêtement ou bien de l’amour ? La question ne se posait pas.


« T’es content de toi ? En plus d’en avoir fait ton souffre douleur, tu l’éloignes de sa famille ! Je sais pas ce que tu as dans le crâne ! Elle a toujours été à tes côtés, quoi qu’il arrive, elle t’aime plus que tout et tu l’humilie et la remercie en la frappant. Tu me dégoûtes ! »

« Jazz ! Arrêtes,on va rentrer. »

« Non !J’ai pas fini ! Ecoutes bien ce que je vais te dire, je le répéterais pas. Touches la encore une fois et je te promets que je te réduis en cendres. J’espère qu’elle réalisera que tu n’es qu’un raté et qu’elle partira bien avant ! »

Hors de lui, il ramassa ses affaires et attrapa avec douceur la main de sa femme pour sortir de l’immense bâtisse et laisser le jeune homme avec sa mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Quinn

avatar

Nombre de messages : 90
Age : 36
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: Six ans de malheur [Cam]   Sam 8 Mar - 2:05



Il n’entendait plus rien. Seulement le son de sa respiration haletante et difficile. Ses poumons brûlaient et le manque d’air allait le faire défaillir d’une seconde l’autre

« PAPA ARRETES ! »

Il trouva quelques part la force de repousser son assaillant et la goulée d’air qu’il aspira fut presque aussi douloureuse pour ses poumons que le manque d’air dans sa gorge irrité. D’un geste brusque il attrapa le mouchoir que Moira lui tendait et repoussa sa mère qui essayait de lui faire lever la tête pour voir l’étendu des dommages.

Il voyait bien dans le regard de Moira qu’il l’avait déçu, mais pour une fois il s’était contrôlé. Il n’avait rien fait. C’était Jason qui avait commencé dès le début de la soirée.

« Ce qui se passe dans notre couple ne te regarde pas. Je n’ai plus 10 ans. Vous me décevez beaucoup, je pensais pouvoir pour une fois faire quelque chose de bien mais une fois de plus vous avez tout gâché, j’ai plus envie de vous voir ! »

Ce reproche le blessa plus qu’il ne l’aurait voulu. Il n’était plus habitué de voir Moira s’élever contre lui depuis longtemps. Il fit semblant de ne pas entendre les paroles de Jason, trop occupé par la fuite de Moira et la rage qui bouillait en lui.

« Non !J’ai pas fini ! Ecoutes bien ce que je vais te dire, je le répéterais pas. Touches la encore une fois et je te promets que je te réduis en cendres. J’espère qu’elle réalisera que tu n’es qu’un raté et qu’elle partira bien avant ! »

-Allez-y !! Si je suis un minable bon à rien comme vous le prétendez vous aurez pas de scrupules à m’éliminer.

L’homme fit un pas vers lui, mais la main de sa femme l’arrêta et l’entraina vers la sortie en silence, tandis que sa propre mère venait se planter devant lui pour s’attarder encore sur ses blessures. Il ne lui fallut que quelques secondes pour revenir sur Terre et repousser sa mère.

-Va-t-en….VA-T-EN !!!

Dès qu’elle eut refermé la porte derrière elle. Il se mit à tout cassé dans la maison. Aucun vase, aucune assiette ou cadre ne resta intacte avant qu’il ne s’injecte une dose d’héroïne. Quand la drogue commença à faire effet, il prit place par terre au pied de leur lit. Sa tête tombant en arrière contre le matelas moelleux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moïra Quinn
•I wanna be with you while the planet dies •
avatar

Nombre de messages : 135
Age : 28
Love : I love you as much as you hit me
Fears : Mr Hyde,this person I can't bear
Date d'inscription : 27/02/2008

Genetic Code
Ability:
Side: MAFIA
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: Six ans de malheur [Cam]   Sam 8 Mar - 3:36


Moïra claqua de toutes ses forces l’immense porte en chêne et essuya les larmes qui roulaient sur ses joues. Larmes d’impuissance et de colère, elle les détestait, oui elle les détestait. Elle descendit les marches du perron et longea le chemin qui la mena à la grille. La colère avait atteint un tel stade qu’elle ne sentait pas la fraîcheur de la nuit et qu’il fallait qu’elle se calme d’une façon ou d’une autre. Sa technique fut de tenter de démolir la grille à coup de poing et manque de chance, son poing fut beaucoup moins résistant que le fer. Une folle, oui ,elle ressemblait à une folle. Elle était le calme personnifié, jamais un mot plus haut que l’autre et une patience à toute épreuve mais on venait de la pousser à bout et elle avait pété une durite.

Le sang qui dégoulinait de sa main ne fit qu’attiser sa colère et elle jura avant de disparaitre dans la nuit pour trouver un de ses vendeurs de came. Comme chaque fois qu’il lui fallait quelque chose de bon, elle descendait dans les quartiers chauds de la ville où on la connaissait bien et personne n’osait trop l’approcher, tous la trouvait trop étrange pour la menacer. Après une vague discussion avec le dealeur, elle obtint de quoi se faire quelques lignes et alla s’isoler dans un coin pour sniffer de quoi décompresser . Rester dans ce genre d’état était mauvais pour elle, très mauvais.

***



«Jessica ? Ca va ? »

Jess était son amie de toujours, une petite blonde très jolie mais d’une timidité maladive que Mo’ avait prise sous son aile et tentait de décoincer comme elle pouvait, lui présentant des amis de Cameron et l’invitant à des party avec eux et elle était même parvenue à la convaincre de se présenter pour être pompom girl.

« Elles m’ont humiliées, elles m’ont dit des choses tellement affreuses. »

La jeune femme supportait mal cette suprématie des populaires sur les autres et que le fait d’agiter des pompoms comme une poufiasse puisse donner le droit de blesser les autres et elle ne pouvait pas encadrer la plupart de ces filles sur qui son petit ami avait dû passer au moins une fois. Elle consola son amie comme elle put et comptait rester sage pour une fois mais quand elles sortirent des vestiaires et se moquèrent ouvertement de Jessica, Moïra péta un câble et attrapa la chef par les cheveux et lui éclata le crâne contre les casiers. Déjà , elle en saisissait une autre et lui abattait son poing sur le visage.

Un coéquipier de Cameron avait couru le prévenir pour qu’il vienne l’arrêter car tous savaient qu’elle était incalmable. Il fallut pas loin de la moitié de l’équipe pour l’éloigner des cheerleaders et toute la volonté de son cher et tendre pour parvenir à la ramener à la raison. Le directeur fut particulièrement étonné de sa conduite, ça ne lui ressemblait tellement pas.

***


Un sourire béat aux lèvres, elle poussa la porte de chez eux et jeta son manteau quelque part, gardant ses talons aiguilles et gravissant une à une les marches pour gagner leur chambre, sans voir le désastre que sa colère avait provoqué. Il gisait là, sur le sol, une seringue près de lui. Elle soupira et la ramassa pour aller la jeter dans la poubelle avant de revenir vers lui et de s’agenouiller à ses côtés
.

« Sweety, ça va ? » demanda-t-elle en lui retirant une mèche de cheveux de devant son visage

Il ne répondit rien et elle laissa glisser sa main pleine de sang sur son torse, voyant qu’il ne réagissait pas plus que ça, elle prit le parti d’essayer de l’aider à se lever mais le bougre lui rendait les choses particulièrement compliquées et elle capitula et préféra lui retirer sa chemise comme ça mais il ne semblait pas de cet avis et finit par la faire tomber sur lui avec un petit sourire malicieux. Dieu ce qu’il était craquant comme ça. Il passa sa main sous son chemisier et elle l’arrêta en lui susurrant :


« Ce soir c’est moi qui m’occupe de toi… Darling. »

Elle s’installa à califourchon sur lui et ouvrit les deux boutons qui restaient avant de laisser courir sa langue du bas de son cou à son oreille pour lui mordiller amoureusement. Sa main la lançait et elle finit par arrêter son mari qui avait le nez dans son corsage, pour pouvoir prendre deux autres lignes et calmer ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Quinn

avatar

Nombre de messages : 90
Age : 36
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: Six ans de malheur [Cam]   Sam 8 Mar - 21:06

Il sentait lentement la notion du temps lui échappé et ses os commençait lentement à disparaitre lui donnant l’impression d’avoir les jambes en coton. Son esprit s’entoura d’un paisible brouillard et s’y réfugia pour quelques heures. Il préférait ne pas penser à ce qui s’était passé, ce soir là. Il ne voulait pas voir que Jason avait raison. Il le niait!! Il n’était pas un monstre. Il n’était pas comme son père.

*Au contraire!! T’es exactement comme lui*, lui rappela sournoisement sa conscience.

Cette réflexion lui arracha un grognement, tandis que des picotements commençaient à faire leur apparition dans ses extrémités. Signe que l’effet de la drogue se dissipait. Il resta tout de même là sur le sol de sa chambre à coucher. Il ne tenait pas à bouger ou a penser.

I am a plastic man, wish I can be the one you could be proud of.
I'm losin heart again, wish I could show you what you think I'm made of.


« Sweety, ça va ? »

Il n’eut aucune réaction. Peut-être que si elle le croyait mort, elle l’achèverait et il pourrait mourir en paix. Il n’émit qu’un grognement quand elle essaya de le bouger, tandis qu’un sourire borné s’affichait sur ses lèvres. Il ouvrit finalement un œil alors qu’elle commençait à déboutonner sa chemise. D’un geste rapidement il posa ses mains sur sa taille et la fit tomber sur lui en souriant. Il avait attendu ce moment toute la soirée. Le moment où ils pourraient enfin se retrouver seuls, tous les deux, sans interférence externe. Il soupira légèrement agacer quand elle l’arrêta tandis qu’il passait une main sous son vêtement.

« Ce soir c’est moi qui m’occupe de toi… Darling. »

Il laissa l’initiative à sa femme avec plaisir.

I will neglect to tell, I'll sell your story that we love each other.
Someday I know I'll find my place, someday I know this pain will fade..


Il se leva en même temps qu’elle, mais dû se tenir contre le pied du lit. Ses jambes lui donnaient encore l’impression d’être du coton. Il vint se placer derrière elle pour reprendre ou il en était, mais la main ensanglanté de Moira l’en arrêta. Il la traina jusqu’à la salle de bain adjacente à leur chambre à coucher et se mit à nettoyer la plaie les sourcils froncé.

-Qui t’as fais ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moïra Quinn
•I wanna be with you while the planet dies •
avatar

Nombre de messages : 135
Age : 28
Love : I love you as much as you hit me
Fears : Mr Hyde,this person I can't bear
Date d'inscription : 27/02/2008

Genetic Code
Ability:
Side: MAFIA
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: Six ans de malheur [Cam]   Dim 9 Mar - 14:32

Le quitter quelques minutes dans un moment pareil était une véritable torture mais sa main lui faisait bien trop mal pour qu’elle le supporte pendant quelques heures et elle préféra se lever et étaler la poudre sur la commode pour prendre ses deux lignes. Elle qui avait toujours été contre ça venait aujourd’hui à en consommer régulièrement pour oublier. Elle détestait le faire tout comme elle en détestait les effets mais c’était sa manière de s’évader.

Un sourire lui échappa quand il vint se coller à elle et prête à se retourner pour l’embrasser, elle fut coupée court dans son élan puisqu’il l’entraîna dans la salle de bain et retire le pansement de fortune qu’elle s’était fait avec un mouchoir pour découvrir sa main enflée et presque bleue. Elle avait du se casser quelque chose mais ça lui était égal maintenant. Elle déshabillait son mari du regard avec un certain plaisir tandis qu’il faisait son petit infirmier et soignait sa main.

A sa question, Moïra retint sa remarque acerbe bien qu’elle n’en pense pas moins. Il s’agissait là de la seule fois où il pouvait lui demander qui était le responsable puisque pour une fois il n’avait pas massacré sa femme à coups de poings et de pieds.


« J’ai eut une altercation avec notre grille et je crois que c’est elle qui a gagné, elle n’a rien. » lâcha-t-elle hilare

Ce moment lui rappelait ces fois où elle se battait contre n’importe qui et en ressortait complètement amochée. La jeune femme n’avait jamais porté un grand intérêt sur le fait qu’il s’agisse d’une fille ou d’un garçon, d’une populaire ou d’un footballeur, si on la cherchait, on la trouvait et généralement, elle en sortait bien moins abîmée que l’autre en face. Elle ruina la réputation de plusieurs garçons de cette manière. Et comme toujours, Cameron devait non seulement la calmer mais se contenir pour ne pas sauter à la gorge de ces types qui osaient frapper une fille. Et puis il prenait soin d’elle, soignait ses petites blessures de guerre et pansait le reste par des câlins et des baisers.

« Fronce pas les sourcils comme ça Darling, ça va. Mais ça irait encore mieux si tu voulais bien arrêter de t’inquiéter. »

Elle se leva, bien qu’on ne voit pas vraiment la différence par rapport à quand elle était assise, et vint se coller à lui, passant ses bras autour de son cou et venant taquiner ses lèvres avec sa langue. La drogue la rendait toujours très entreprenante et aguicheuse ou du moins plus qu’à l’accoutumée et il fallait qu’elle obtienne ce qu’elle voulait.

« Que dirais-tu de fêter nos 6 ans de mariage comme il se doit ? » demanda-t-elle en lui retirant sa chemise et en balançant ses chaussures dans un coin de la salle de bain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Quinn

avatar

Nombre de messages : 90
Age : 36
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: Six ans de malheur [Cam]   Dim 16 Mar - 18:13

« J’ai eut une altercation avec notre grille et je crois que c’est elle qui a gagné, elle n’a rien. »

-Je suis désolé, murmura-t-il la tête basse en nettoyant le sang séché. C’est ton père et moi qui aurait mérité quelques coups. La grille était innocente dans l’histoire.

***

Il s’était endormit dans la bibliothèque. Il était épuisé. La vie chez sa petite amie était beaucoup moins reposante qu’il l’avait imaginé. Déjà Heather lui donnait un temps dur. Il lui en voulait pas tellement il l’Avait mérité, mais Moira n’avait pas à payé pour ses connerie. Et puis s’était sans dire que la maison des Ankiri ne contenait que trois chambres à coucher. Et comme Mo’ avait refusé qu’il prenne le sofa. Il dormait avec elle, mais le sommeil commençait à manquer pour la simple raison qu’ils étaient incapables de résister à la tentation dès qu’ils se retrouvaient à une telle proximité.

-Quinn… QUINNNNN!!

Il se réveilla en sursaut regardant partout autour de lui pour voir qui osait le réveiller et se préparer lui mettre la correction de sa vie.

-Cam’ c’est Moira. Elle s’est encore battue.

En une seconde il était sur ses pieds complètement réveillé. Il suivit le gars qui l’avait avertit et le suivit. Il arriva finalement sur une Moira amochée, mais qui devait être retenue. Il n’eut qu’à voir qui son opposant pour comprendre ce qui était arrivé. Le capitaine de l’équipe de foot avait tendance à se prendre pour le roi du monde et traiter les gens normal comme des minables. Il s’était frotté à la mauvaise fille cette fois.

-Hey! Quinn! Garde ta pute en laisse.

Le coup jaillit avec force et précision, mais il ne s’arrêta pas à un seul coup. Il fallut quelques seconde à son meilleur ami pour lâcher Moira et essayer d’arrêter Cameron de bûcher sur son coéquipier. Il fallut finalement un professeur pour retenir Moira de se rejeter dans la mêler et Mike et un autre professeur pour arrêter Cameron.

Le jeune couple se retrouva avec une suspension de trois jours. Les parents de Moira plutôt cool dans leur genre comprirent parfaitement les raisons de leur fille et le père de sa copine le félicita même d’avoir défendu l’honneur de sa fille. Ils avaient donc tranquillement passé les trois jours suivant à se soigner un et l’autre.

***

« Fronce pas les sourcils comme ça Darling, ça va. Mais ça irait encore mieux si tu voulais bien arrêter de t’inquiéter. »

Il se retient de justesse de la repousser. Il n’était pas inquiet. Il était enragé. Et il ne pouvait blâmer personne d’autre que lui-même pour ses malheurs. Il avait beau l’aimer de tout son cœur, il ne se sentait pas à la hauteur. Jason avait raison sur toute la ligne. Elle serait mieux sans lui avec une brillante carrière d’avocate dans un cabinet renommé et surtout avec un homme qui la méritait. Ce qu’il était loin d’être. S’il en avait la forme, il partirait. Il la laisserait recommencer, mais il la gardait égoïstement pour elle.

« Que dirais-tu de fêter nos 6 ans de mariage comme il se doit ?

Il la coinca contre le comptoir et la laissa lui enlever sa chemise avant de l’interrompre. Décidément sa conscience allait le rendre fou ce soir.

-T’es certaine que je mérite des points de bonne conduite?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moïra Quinn
•I wanna be with you while the planet dies •
avatar

Nombre de messages : 135
Age : 28
Love : I love you as much as you hit me
Fears : Mr Hyde,this person I can't bear
Date d'inscription : 27/02/2008

Genetic Code
Ability:
Side: MAFIA
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: Six ans de malheur [Cam]   Lun 17 Mar - 3:54

free music


« Oui peut-être mais tu sais que quand je commence, on m’arrête pas, il fallait que je me calme toute seule. »



Moïra était une femme très douce et gentille mais ses crises de colère restaient particulièrement violentes et il ne valait mieux pas être dans son passage sinon elle pouvait rapidement vous sauter à la gorge. Prévoyante, elle s’arrangeait toujours pour s’éloigner de toute présence de vie afin de ne faire payer qu’à elle-même ce pour quoi elle se pensait responsable. Depuis quelques années, elle prenait beaucoup sur elle et ca faisait bien deux ans qu’elle n’avait pas explosée de la sorte mais ce fut destructeur et sa main en était le témoin le plus douloureux. Elle grimaçait alors qu’il nettoyait sa main, la douleur était lancinante et elle aurait bien pris n’importe quoi pour que ça s’arrête.

***



« Tu as mal sweety ? » demanda-t-elle, la culpabilité se lisait sur son visage

« Non ça va… Mais toi, tu vas bien ? » s’enquit-il visiblement inquiet

La jeune femme hocha la tête avant d’essayer d’éponger le sang qui coulait de son arcade sourcilière. Le coup était parti sans qu’elle puisse contrôler quoi que ce soit. Il y avait eut cette fille blonde et lui sourire qu’il lui avait lancé et alors ça avait été le début de la fin ,une bouffée de chaleur s’empara d’elle et son cerveau ne contrôlait plus rien. Son poing s’abattit sur le visage su jeune homme sans qu’il ne le voir venir et elle l’abandonna là.

Après maintes recherches, il l’avait trouvé sur la route isolée qu’ils empruntaient comme raccourci pour rentrer chez eux lorsqu’ils étaient enfant. Ses mains saignaient abondamment, signe qu’elle avait passé ses nerfs sur un arbre mais une fois calmée, elle se replia sur elle et attendit, sachant qu’il viendrait la chercher ou du moins elle l’espérait. Puis il y eut le bruit d’un moteur et enfin le crissement des pneus sur le bitume, il descendit et vint près d’elle, oubliant tout,juste content de la retrouver.

***


Coincée contre le comptoir, elle se serra un peu plus contre lui, ses yeux étaient rouges à cause de la quantité élevée de drogue qu’elle avait pu absorber et ses gestes semblaient mus par autre chose que le désir, comme la volonté farouche d’apaiser toutes ces frustrations enfouies depuis trop longtemps.


« Et toi tu es certain que je mérite d’être soignée après t’avoir laissé à sa merci ? Je connais mon père et il aurait pu te tuer, je suis désolée. »

Son père était aussi impulsif qu’elle et elle savait que la moindre contrariété pouvait le mettre dans des états extrêmes mais Cameron était toujours là et ce n’était pas grâce à elle.

« S’il te plait, je veux juste qu’on oublie ça et qu’on s’amuse un peu, j’ai envie de toi et je suis sûre que tu ne veux pas me laisser dans cet état sinon c’est que tu es méchant. »


Elle fit la moue pour l’attendrir avant d’ouvrir sa ceinture sans le quitter des yeux, attendant qu’il la repousse mais il n’en fit rien pourtant, elle s’arrêta d’elle-même.

« Tu as l’air fatigué… Non je pense qu’on devrait dormir. »


Un sourire se peignit sur ses lèvres et elle parvint à se défaire de ses bras pour essayer de gagner la chambre ,titubant légèrement et en marchant à reculons pour ne pas quitter son regard.

« Tu vas quand même devoir m’aider à retirer ma robe… »



Ultime provocation avant qu’elle ne trébuche sur sa chaussure et ne tombe sur les fesses, morte de rire et incapable de se relever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Quinn

avatar

Nombre de messages : 90
Age : 36
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: Six ans de malheur [Cam]   Lun 17 Mar - 23:58

« Oui peut-être mais tu sais que quand je commence, on m’arrête pas, il fallait que je me calme toute seule. »

Il se contenta d’hocher la tête. En effet, ce n’était pas la première fois qu’il la soignait. Ils avaient grandit de cette façon, en prenant soin un de l’autre. Seulement maintenant il se sentait comme s’il n’avait plus sa place dans la vie de Moira. Il préférait donc se taire et se concentrer sur sa main. La coupure était assez profonde, mais pas assez pour qu’elle ait besoin de point de suture heureusement. On apprend rapidement quand on travaille pour la mafia à se tenir loin des hôpitaux.

Il l’empêcha de bouger un petit moment pour pouvoir finir son bandage et finit par la laisser se lever. Se retrouver dans ses bras après cet journée d’enfer, lui faisait un bien fou. Si seulement sa conscience pourrait se taire il pourrait pleinement profiter du temps qu’il pouvait passer avec elle.

« Et toi tu es certain que je mérite d’être soignée après t’avoir laissé à sa merci ? Je connais mon père et il aurait pu te tuer, je suis désolée. »

Décidément le silence était de mise, mais cette fois il n’avait pas le choix. Il devait dire quelque chose. Elle n’avait aucune idée de l’étendu de ses paroles. Même si elle serait restée ça n’aurait rien changé à la situation. Jason n’était pas plus pire que le père avec lequel il avait grandit. Il avait l’habitude des coups, même si ça ne lui manquait pas. La seule chose était que pour une fois il n’avait rien fait. Il s’était contrôlé et était resté calme toute la soirée…

-Luna, oublie ça veux-tu ? Tu n’As pas à être désolé pour ça. Ça n’aurait rien changé que tu restes ou pas.

« S’il te plait, je veux juste qu’on oublie ça et qu’on s’amuse un peu, j’ai envie de toi et je suis sûre que tu ne veux pas me laisser dans cet état sinon c’est que tu es méchant. »

Il ne put s’empêcher de sourire quand elle fit la moue. Il allait lui donner ce qu’elle voulait tellement quand elle s’éloigna après l’avoir débarrasser de sa ceinture.

Fatigué ? Il se demanda momentanément comme elle pouvait prendre sa lassitude pour de la fatigue. Il n’arrivait plus à vivre avec lui-même et même la femme de sa vie ne pourrait rien y changer, malheureusement.

« Tu vas quand même devoir m’aider à retirer ma robe… »

Aussitôt il éclata de rire. Après ça on venait dire que les hommes étaient obsédés !![ xD ] Il fit quelques pas pour aller la rejoindre, mais du se retenir à la chambranle de la porte, secoué par un fou rire incontrôlable.

-Très classe, articula-t-il avec difficulté entre deux fou rires

Il lui fallut quelques minutes pour retrouver son calme sans compter que Luna ne l’aidait pas en riant autant que lui. Il finit tout de même par voler à son secours et aller lui tendre la main pour l’aider à se relever. S’ensuivit une autre chute et un deuxième fou rire, tandis qu’ils étaient tous les deux étroitement enlacés sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moïra Quinn
•I wanna be with you while the planet dies •
avatar

Nombre de messages : 135
Age : 28
Love : I love you as much as you hit me
Fears : Mr Hyde,this person I can't bear
Date d'inscription : 27/02/2008

Genetic Code
Ability:
Side: MAFIA
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: Six ans de malheur [Cam]   Mar 18 Mar - 19:39

Ca, elle le savait parfaitement mais elle ne pouvait s’empêcher de se sentir responsable de tout ce qui arrivait, après tout elle avait provoqué l’incident en ne rabaissant pas ses manches. Même si le vrai coupable restait Cameron, elle ne parvenait pas à s’en convaincre ni même à l’envisager. Ses problèmes de couple ne concernaient qu’eux et ce n’était certainement pas par la violence qu’on parviendrait à raisonner son mari. Paradoxalement, même lorsqu’elle était à bout, elle privilégiait le dialogue et la douceur alors qu’elle aurait pu l’assommer des milliers de fois avec une poêle ou un vase mais elle s’y refusait, il était son chéri et elle se devait de le couver, de le garder en sécurité près d’elle, consciente qu’il n’avait jamais eut qu’elle et refusant de lui tourner le dos, elle aussi.

Seulement, Cameron aurait eut besoin d’un bon électrochoc, quelque chose qui puisse le forcer à constater la chance qu’il avait mais chaque fois qu’elle s’était trouvée sur le point de partir, elle défaisait ses affaires avant qu’il ne rentre et comme s’il le sentait, il faisait toujours quelque chose d’adorable les jours suivants, comme pour la convaincre qu’il en valait encore la peine.

Changer de sujet fut bien plus judicieux et elle savait très bien qu’il n’y aurait que de cette manière qu’elle obtiendrait gain de cause car quand il était contrarié, il préférait se coucher directement et lui tournait le dos, comme pour ne pas voir son erreur. Au fond ça devait être ça, elle était sa plus grosse erreur, elle était son échec. Cette idée lui brisait le cœur mais elle l’oublia bien vite, la drogue avait du bon et puis s’occuper à ouvrir sa ceinture l’occupait assez pour qu’elle ne pense plus. Seulement à l’expression de son visage, elle s’arrêta et s’éloigna, essayant de marcher droit, pensant qu’en le provoquant elle obtiendrait plus et plus rapidement mais elle ne fit que se ramasser lamentablement avant d’éclater de rire.

Son derrière était douloureux mais elle ne pouvait s’empêcher de rire comme une folle. Ca faisait longtemps que ça ne lui était pas arrivée. Plus le rire grave de son mari résonnait dans la pièce et plus le sien s’amplifiait. Puis il finit par lui tendre une main secourable mais encore secoué par son fou rire, il ne fut pas d’une grande aide et s’étala de tout son long avant de repartir de plus belle, immédiatement suivi par Moïra qui vint se coller contre lui, adorant les soubresauts de son torse.

Ils finirent par se calmer et un sourire magnifique trônait pour la première fois depuis des mois sur le visage de Cameron, elle avait l’impression de se retrouver face à l’adolescent dont elle étai tombée amoureuse. Le désir se fit sentir mais elle ne bougea pas, comme si il ne s’agissait que d’un rêve et que ce moment de complicité disparaitrait à l’instant où elle bougerait, emporté dans le chaos des coups et des insultes. Ce fut lui qui fit le premier pas, caressant son visage et venant picorer ses lèvres, murmurant à son oreille combien il la trouvait belle et son cœur explosa en milliers de particules. Dieu ce qu’elle l’aimait.

Ses mains courraient sur son torse nu et atterrirent sur sa chute de reins sans qu’elle ne quitte pour autant ses lèvres. Le carrelage gelé de la salle de bain était particulièrement inconfortable mais elle ne se sentait pas capable de bouger ou de se lever ce qui n’empêcha pas Cameron de prendre l’initiative et de la porter dans leur chambre à coucher sans qu’elle n’arrive à savoir comment.

Sa respiration s’était accélérée et elle tentait de se contenir pour ne pas lui sauter dessus bien que ça relevait de l’impossible maintenant qu’il l’explorait par des caresses et lui ouvrait la fermeture de sa robe pour la jeter plus loin. Malgré ses expériences avec d’autres hommes, il restait le seul à pouvoir la rendre complètement dingue avec un seul baiser.

Se rappelant soudain ce qu’elle avait promis, elle le poussa sur le côté pour se retrouver sur lui et reprendre la direction des opérations. Elle n’était plus aussi entreprenante maintenant qu’elle avait pu l’être au début de leur mariage et Cameron pouvait se féliciter pour cet « exploit ». Elle craignait tellement de le froisser qu’elle préférait le laisser venir sauf qu’il prenait ça pour un manque de désir chronique et n’approchait pas, résultat des courses, leur vie sexuelle approchait le plus souvent le néant que ce qu’ils avaient pu connaitre adolescents.

Lui dégrafant lentement son pantalon, elle couvrait son ventre de baisers alors qu’il riait comme un enfant en prétextant qu’elle le chatouillait. Ses mains retrouvèrent le chemin d’elles-mêmes et s’évertuait à lui faire subir milles tourments avant de s’offrir à lui. Le seul, il avait toujours été le seul.

Ce fut bestial et tendre à la fois, à leur image mais elle dut bien admettre qu’il se surpassa et elle faillit s’évanouir mais préféra s’agripper à ses épaules avec force après qu’il l’ait contrainte à se rallonger sur le dos. Il la tenait fermement dans ses bras, tentant lui aussi de reprendre sa respiration tandis qu’elle suivait le tracer des veines de son bras du bout des doigts.


« Dis… Tu m’aimes toujours ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Quinn

avatar

Nombre de messages : 90
Age : 36
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: Six ans de malheur [Cam]   Ven 28 Mar - 1:46

How I’m supposed to tell you how I feel
I need oxygen

Pendant une seconde il la fixa. La regardant dans les yeux, refusant de baissé les yeux le premiers. Il avait besoin d’elle, trop besoin d’elle. Tellement besoin d’elle qui aurait donné sa main à coupé pour pouvoir se sentir moins dépendant d’elle. Ou peut-être seulement sur un pied d’égalité. Ce qu’il n’avait jamais été. Elle avait toujours été plus intelligente, plus belle, plus…

***

Assis dans l’amphithéâtre, il essaya désespérément de se concentrer. Malgré tout, il ne pensait qu’à une chose. Combien tout ça devait être facile pour celle qu’il aimait ? Elle était loin et elle lui manquait affreusement. Toutes ses questions lui embrouillaient l’esprit. Il allait perdre sa bourse, être renvoyés de l’équipe, de l’école. Elle n’Avait jamais refusée de l’aider et elle avait toujours été la pour lui, mais ou était-elle maintenant.

*Pas ici en tout cas !!*, pensa-t-il en se replongeant dans son examen.

Il n’eut même pas le temps de finir l’examen la limite de temps était dépassé et le professeur lui arrachait sa copie des mains. Pourtant, il sortit avec le sourire. La mère de Luna l’avait assurée qu’elle serait là pour les vacances et il partait le soir même pour Salem. Cette pensée ne lui avait jamais apportée autant de joie.

Pauvre Briony qui pensa à tord être la source de sa bonne humeur. Quand elle s’endormit dans ses bras ce soir là. Ce n’était pas elle qu’il voyait.
***

Le carrelage glacée le ramena peu à peu à la réalité en même temps que les lèvres de Moira qui effleurèrent les siennes. Il approfondit l’étreinte, glissant ses mains sous sa robe et refusant de la lâcher jusqu’au moment ou ils eurent besoin d’une seconde pour reprendre leur souffle. Il en profita pour se relever et la soulever pour l’amener dans leur lit. Lui retirant délicatement sa robe, il s’efforçait de ne pas penser à tout le mal qu’il avait pu lui faire. Il la voulait toujours autant, ce n’était pas la question. Seulement chaque fois qu’il posait les mains sur elle il était attaqué par une peur atroce de la faire souffrir à nouveau. Ils n’en avaient jamais reparler, mais ils savaient tout les deux que cet « incident » était la cause de leur soudain éloignement. Elle pouvait supporter les coups, mais comment elle avait pu pour lui pardonner Ça il l’ignorait. Il ne l méritait pas, mais très égoïstement il souhaitait qu’elle ne parte jamais. Même si la voir partir serait probablement le meilleur moyen de le ramener à la raison.

Pour l’instant leurs préoccupations étaient toutes autres. Le fait qu’elle reprenne les reines le surprit un peu. Elle n’avait pas fait une telle chose depuis tellement longtemps. Il se laissa tout de même faire. Enfermant ses instincts de mâle dominant au fond de sa conscience un instant. [ C’EST LA FAUTE À AUD !! XD] Il crut mourir. Les tortures qu’elle lui infligea le laissèrent à bout de souffle. Il avait tout de même finit par inversé les rôles dans le but de garder un certain équilibre.

Il allait se laisser tomber à ses cotés pour la délaisser de son poids, mais elle l’en empêcha, le gardant sur elle. Alors qu’ils essayaient tout les deux de retrouver une respiration normale. Cachant son visage dans le cou de sa bien aimée, il faisait un effort pour ne pas la brusquer ou avoir un mouvement déplacé.

« Dis… Tu m’aimes toujours ? »
I’m never gonna leave

Il releva la tête pour pouvoir la regarder dans les yeux. Son expression était sérieuse et tourmenté. Bien sur qu’il l’aimait toujours, mais si elle sentait le besoin de poser la question c’était que peut-être ce n’était pas réciproque. Ses muscles se raidirent à cette pensée. Rien de plus affreux ne pouvait lui tomber dessus. Il s’éloigna tranquillement de Moira sans un geste brusque. Il essayait de garder son calme, mais la peur l’envahissait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moïra Quinn
•I wanna be with you while the planet dies •
avatar

Nombre de messages : 135
Age : 28
Love : I love you as much as you hit me
Fears : Mr Hyde,this person I can't bear
Date d'inscription : 27/02/2008

Genetic Code
Ability:
Side: MAFIA
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: Six ans de malheur [Cam]   Ven 28 Mar - 5:15

En six ans de mariage, c’était la première fois qu’elle lui posait la question car même si elle en doutait depuis qu’il commençât à la frapper, l’amour qu’elle éprouvait pour lui suffisait largement à combler le manque affectif qu’il laissait. Pourtant, cette fois elle avait besoin de s’en assurer, la nouvelle qu’elle hésitait à lui apprendre prendrait un tout autre sens s’il ne l’aimait plus. Enceinte, elle avait eut un mal fou à le croire en lisant les résultats de sa prise de sang surtout que leur dernier rapport remontait à deux mois environ . Malgré tout, elle voyait en ce bébé un nouvel espoir pour son couple, une façon de repartir du bon pied. Elle cherchait seulement une manière de le lui annoncer, le ménageant comme elle pouvait mais cette semaine de silence l’avait épuisé et elle ne voulait pas continuer à lui cacher ça, surtout que tôt ou tard son ventre se verrait.

Sa réaction la blessa, plus que ses coups de poings qu’il lui envoyait, plus encore que ces insultes qu’il lançait et ses remarques désobligeantes. Ce silence signifiait qu’il ne l’aimait plus. Il venait de lui faire l’amour comme il devait le faire à cette autre femme. Ca ne pouvait qu’être ça, il y avait quelqu’un d’autre pour qu’il soit aussi gêné par cette question et ne réponde pas. Elle prit son éloignement comme une preuve supplémentaire de sa trahison et sentit la colère l’envahir. Toute cette haine accumulée au fil des années pour ce qu’il lui faisait subir resurgit et la mit dans un état second .

Quelle conne ! Elle supportait tout sans broncher en espérant vainement qu’il changerait, pour eux, pour elle mais il préférait baiser une autre, faisant peu d’état des sacrifices que sa femme faisait. Des années qu’elle le soutenait, qu’elle l’aimait, pardonnant sans réfléchir et voilà comment il la remerciait. Ce fut plus fort qu’elle, elle explosa
.

« Tu ne m’aimes plus ! TU NE M’AIMES PLUS C’EST CA ? CAMERON BORDEL DE MERDE REPONDS MOI ! »

Ce comportement ne lui ressemblait pas ou du moins n’avait rien de commun à celui qu’elle adoptait depuis ces années où les coups pleuvaient. Elle se contentait de subir en silence pour ne pas le froisser mais tout le monde avait des limites et les siennes étaient désormais dépassées. Ce jour devait bien arriver tôt ou tard.

« Non, tu sais quoi ? Ne me réponds pas, je ne préfère même pas le savoir, je ne préfère même pas savoir qui tu baises. Dire que je prenais ta défense alors que tu te foutais de moi ! »

Les larmes roulèrent sur ses joues et elle se leva du lit pour enfiler des vêtements avant de sortir une énorme valise de sous leur lit et de commencer à l’emplir. Il était hors de question qu’elle reste une minute de plus avec lui, son visage l’insupportait et elle craignait de lui démolir sa gueule d’ange si elle croisait son regard. Ce soir, il valait mieux qu’il ne lève pas la main sur elle car Dieu seul savait de quoi elle serait capable.

« Tout le monde me le répétait mais je refusais de voir, je refusais de voir l’évidence .Putain de connerie et putain d’idée de merde de me marier avec toi ! Tu es devenu un autre, tu es un monstre Cameron ! J’ai cru que tu changerais, que je pourrais t’aider mais personne ne peut rien pour toi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Six ans de malheur [Cam]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Six ans de malheur [Cam]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur.
» [SORTIE] Fissure du Malheur [Terminé]
» Superstitieuse, moi ? Non ça porte malheur...
» Le malheur rapproche les gens / ZADIG & ENORA
» Le malheur des uns fait le bonheur des autres... [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Becoming Heroes :: Western City :: Manors Hometown-
Sauter vers: