AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 She's the one [R.]

Aller en bas 
AuteurMessage
Owen Scott

avatar

Nombre de messages : 153
Age : 27
Occupation : Tueur pour le Lys Pourpre
Love : She blew my mind but ... What's that exactly ?
Fears : Acrophobe et Apiphobe
Date d'inscription : 26/02/2008

Genetic Code
Ability: //
Side:
Allies/Ennemies:

MessageSujet: She's the one [R.]   Mar 1 Avr - 20:49

free music


Trois semaines. Vingt-quatre jours pour être précis. Elle avait claqué la porte, le laissant dans les pires interrogations imaginables. Chaque être humain se raccrochait à l’idée que sa venue sur Terre avait un sens, un but. Jusqu’à lors, Owen avait pensé que ce qui lui était réservé était bien moins glorieux que d’autres, mais il s’y était accommodé. Que faire alors quand votre vie se trouve chamboulé ? Il ne s’en était pas rendu compte tout de suite, il pensait qu’elle n’était qu’une passade, comme d’autres, mais elle ne l’était pas, elle n’avait rien à voir avec ce qu’il avait connu dans le passé. Elle lui avait fait perdre ses repères. Dès l’instant où elle avait franchi sa porte, il avait du lutter pour ne pas lui courir après, cela ne ressemblait pas à Owen Scott. S’amouracher d’une femme. Et si ce n’était que ça …
La seule icône féminine qui occupait son esprit avait jusqu’à lors été sa mère, et toutes les femmes devaient donc forcément lui ressembler un peu, c’était du moins ce qu’il avait crû. Peu à peu, elle s’était immiscé dans sa vie à sa façon, en douceur, elle n’avait rien forcé et il ne l’en avait pas empêché, c’était si naturel qu’il n’y faisait pas vraiment attention, elle faisait à la fois partie de sa vie totalement et à la fois pas du tout.

Trois semaines. Vingt-quatre jours pour être précis. Elle occupait son esprit et rien ne semblait réussir à l’y arracher. Il n’avait rien vu venir et pourtant, il aurait du. Tuot avait été si différent depuis leur rencontre. Elle l’avait de suite obsédé, certes, mais aurait-il du pour autant faire des conclusions hâtives ? La réponse pourtant n’était ni un simple « oui » ou un « non ». La seule image qu’une personne peut avoir de l’amour est celle qui lui renvoie ses parents. Bien sûr cela n’était pas toujours déterminant. Lorsque l’on est le fruit pourri d’une union unie, cela devient tout autre. Le pommier représentant l’arbre généalogique aurait été parfait s’il n’était pas né. Heureusement pour beaucoup de monde, la pomme avait fini par tomber de sa branche.

Trois semaines. Il la suivait. Il lui avait fallut quatre petit jour pour réagir, trop ou trop peu, les avis pourraient diverger. Il l’attendait à l’extérieur du bar où elle travaillait, épiait chacun de ses gestes, mais surtout, ceux des hommes qui l’entouraient. Il était jaloux, de ces regards envieux qu’ils lui lançaient, il était jaloux de ces blagues auxquelles elle riait, il était jaloux, point. Il l’aimait. La vérité l’avait frappé de plein fouet, une douche froide. Il se trouvait ridicule et puéril d’agir ainsi, se cacher, l’observer, cela avait un côté psychotique. Pourtant il ne lui voulait aucun mal. Mais que voulait-il au juste ? Pensait-il la récupérer de cette façon ? Peut-être qu’il ne se sentait pas encore prêt, mais il avait si peur de la voir s’échapper comme de l’eau insaisissable glissant entre les doigts. Se doutait-elle seulement de quelque chose ? Au fur et à mesure Owen semblait se découvrir, l’obscurité faisait place petit à petit à la lumière. Sentait-elle une présence qui l’observait ? Il n’en avait aucune idée.

Aujourd’hui. Elle a finit son service, elle sort du bar. Elle marcha dans la rue et il la suit. Cette fois, les lampadaires le trahissent aisément, Owen ne se cache plus, elle n’avait qu’à se retourner pour lui faire face. Il l’observe. Ce soir encore un homme s’était montré entreprenant. L’observation n’a parfois besoin d’aucun mot, cela se sentait. Ce regard pétillant, ce sourire charmeur. Owen s’était retenu d’entrer dans le bar et de l’étriper sur place, ce n’était sans doute pas la meilleure attitude à adopter ce silence.

Maintenant. Les rues étaient désertes. Un signe. Cela se sentait dans l’air, cela s’entendait. Quatre pas résonnaient dans la rue silencieuse. Destiny traversa la rue, aucun bruit de voiture, le temps semblait s’être arrêté. On aurait dit un décor, tout semblait orchestrer pour une confrontation des plus animées. Et puis sa gorge se fit soudainement sèche quand ses iris se posèrent sur lui.


Dernière édition par Owen Scott le Jeu 3 Avr - 13:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Destiny Moore

avatar

Nombre de messages : 189
Age : 25
Date d'inscription : 28/02/2008

Genetic Code
Ability:
Side:
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: She's the one [R.]   Mar 1 Avr - 22:34

L'artiste. Chaque être humain est un artiste. Chaque artiste doit accomplir un chef-d'oeuvre. Celui de Destiny était de tomber amoureuse. Celui de Destiny était à deux doigts de se réaliser. Celui de Destiny n'a désormais plus aucun sens ... car celui pour qui elle éprouvait des sentiments l'a trahi. Elle ne demandait pas grand chose, aimer et être aimée. Pourtant aujourd'hui, cela lui paraissait inimaginable. Tout le monde y avait droit, pourquoi pas elle ?

Le travail. La seule chose qui lui met les idées en place et lui fait penser à autre chose. Quand elle se met en tenue de serveuse, elle devient une toute autre personne. Elle ne pense plus à rien d'autre. Le temps passe et Destiny desespère de plus en plus, un jour, de connaître le bonheur. Existe-t-il vraiment ou est-ce une simple invention ? Là est la question que se pose Destiny, jours après jours.

Owen Scott. La première fois que ses yeux avaient croisé les siens, c'était comme si elle avait reçu un électrochoc. Son visage lui était resté en tête. Aujourd'hui, il disparaissait petit à petit de la tête de la jeune femme, jusqu'à ne devenir qu'un souvenir. En effet, les jours qui suivirent la découverte de Destiny, cette dernière essayait tant bien que mal de tourner la page, ne recevant pas de nouvelles d'Owen. Elle s'était dit qu'il l'avait oublié, alors pourquoi s'attarder sur une histoire qui n'avait aucun avenir ? Pour la première fois, elle avait baissé les bras rapidement. Très rapidement. Ils sombraient tout deux dans le silence, ne se voyant plus, ne se parlant plus. Rien. Plus aucun signe de vie. La jeune femme faisait comme si de rien n'était, tentait de cacher son chagrin et son désespoir derrière un sourire, plaisantait de plus en plus avec les clients du bar où elle travaille et la vie reprend son cours. Retour à la case départ. Destiny, jeune femme désespérée, seule, abandonnée, sans aucun avenir vivant dans la haine la plus totale ...

Ce soir-là, Destiny sort du bar comme à son habitude et s'aventure dans la pénombre afin de rentrer chez elle et laisser tous ses tracas, ses soucis derrière la porte. Personne. Il n'y avait personne. Pas le moindre signe de vie. Se sentir observée. La situation dans laquelle Destiny se trouvait à cet instant-même. Destiny accélera le pas pour traverser. Qui était-ce ? Pourquoi la suivait-elle ? Elle prit donc son courage à deux mains, et se retourna. C'était lui. Il la suivait. Depuis quand ? Pourquoi ? Elle resta figée sur place, elle ne bougeait plus. Elle ne savait pas si elle devait prendre les jambes à son cou et s'enfuir comme à chaque fois ou affronter la vérité.


« Qu'est-ce que tu fais là ? » Être froide avec lui avait été la seule attitude à adopter selon elle, comme lui l'avait été quand elle avait franchi le seuil de sa porte. Il ne fallait pas qu'elle lui laisse entrevoir sa souffrance, sa vulnérabilité. Hors de question. Il en avait déjà trop vu. « D'abord l'arme, et maintenant tu me suis ? Depuis quand Owen ? Depuis quand ? Tu sais, je commence vraiment à m'inquiéter. Cette situation devient vraiment glauque ... Tu restes où tu es, tandis que moi je retourne tranquillement chez moi. Tu en as déjà trop fait, alors que chacun retourne à ses petites affaires. Je sais très bien qu'entre nous, il n'y a jamais rien eu et qu'il n'y aura jamais rien. Jamais. C'est impossible.» Le déni. «Je ne sais pas ce qui te pousse à te comporter de manière étrange avec moi, mais je ne peux le supporter. J'ai attendu. Il est trop tard pour tout rattraper maintenant. » Ces quelques semaines avaient semblé être une éternité pour Destiny Moore ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Owen Scott

avatar

Nombre de messages : 153
Age : 27
Occupation : Tueur pour le Lys Pourpre
Love : She blew my mind but ... What's that exactly ?
Fears : Acrophobe et Apiphobe
Date d'inscription : 26/02/2008

Genetic Code
Ability: //
Side:
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: She's the one [R.]   Jeu 3 Avr - 17:16

Pouvait-on imaginé un décor plus incongru à la scène qui était en train de se jouer ? Une rue déserte, presque comme si elle avait été réservée par leur seule présence. Pas un bruit. Le temps lui semblait suspendu quand il la regardait. Pourquoi fallait-il perdre une personne pour se rendre compte à quel point on tient à elle ? Quatre jours. Si court et si long à la fois mais pourtant, il y avait une raison à ce délai bien précis. A chaque fois qu’elle passait la nuit chez lui, elle imprégnait les draps de son parfum à tel point qu’il avait l’impression qu’au final, elle n’était pas bien loi, toujours accessible. A tel point qu’il n’avait pas réalisé qu’en réalité elle se trouvait déjà à des milliers de kilomètres de lui et que sa présence était une drogue à laquelle il était dépendant.

Il ne s’attendait pas à ce qu’elle lui saute dans les bras, ni qu’elle comprenne d’ailleurs. Vingt- cinq jours était un délai bien déraisonnable pour n’importe quelle histoire. La leur peut-être d’autant plus. Il se rendait compte à quel point il avait été aveugle et stupide. Aveugle de ne pas avoir vu à quel point elle comptait pour lui. Stupide parce que jamais il n’a fait quoi que ce soit pour le lui prouver, même inconsciemment. Son subconscient s’était m^me ligué contre lui. N’avait-il pas le droit de créer un sourire pour une fois à défaut de larmes ? Son travail détruisant des familles entières, il n’avait l’impression que de semer haine et chagrin. Est-ce que pour une fois dans sa vie il pourrait rendre quelqu’un heureux ? Jamais encore il n’avait pu ressentir cette satisfaction, ce moment de bonheur qui l’espace de quelques instants vous fait penser que vous êtes quelqu’un de bien, quelqu’un d’important ne fusse que pour une seule personne. Dès sa naissance on lui avait bien fait comprendre qu’il était une sorte de parasite bon à rien, il avait fini par le croire.

Il se sentit décourager. Il s’apprêtait à sacrifier ce qu’il avait de plus cher, sa fierté mais de toute évidence, l’accueil réservé n’y était pas propice. Il l’écouta avec attention. Alors elle avait peur de lui ? Réellement ? Ne lui avait-il pas comprendre qu’il ne lui ferait pas de mal malgré tout ? Malgré ce qu’il était ? N’était-ce pas une preuve suffisante après tout ? Elle voulait le fuir mais pourtant ne reculait pas d’un pas.
Il se sentit soudain hésitant. Comment lui dire ? C’était assurément les mots les plus difficiles qu’il ait jamais eu à prononcer.
-Trois semaines. Ses questions avaient droit à des réponses. Il voulait jouer franc jeu. Au départ il lui avait menti, évidemment il restait convaincu que ça avait alors été la meilleure des solutions mais aujourd’hui, c’était tout autre. Etre franc avec elle était une façon de vouloir se faire pardonner. Elle lui avait reproché son hypocrisie, saluerait-elle sa franchise ? –Si tu voulais vraiment me fuir, tu partirais, mais ce n’est pas le cas. Il n’y a rien ou tu t’efforces à le croire ? Crois-tu que je suis ici pour te faire peur ? Que ça m’amuse ? Que mon seul but est de voir de la crainte dans tes yeux ? Un monstre. Voilà ce qu’il était. Il le savait mais une fois de plus elle venait de lui renvoyer sa terrible image de lui-même, tel un miroir.

-Tu me manques. Tout chez elle en réalité. Du petit point de beauté sur l’omoplate, de cette expression satisfaite qu’arborait son délicieux visage quand elle mangeait l’une de ces pâtisseries dont elle raffolait tant, de son incapacité à ne pas se mettre du chocolat partout, de sa façon si paisible de dormir,… Tout. –Il y a cette homme qui vient presque tout le soirs. Il te fait sourire, rire même parfois et ça me rend malade.

On dit qu’avec le temps tout s’arrange. Cela était-il également vrai pour eux ? Le temps ne s’était-il pas dans leur histoire révélé comme un ennemi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Destiny Moore

avatar

Nombre de messages : 189
Age : 25
Date d'inscription : 28/02/2008

Genetic Code
Ability:
Side:
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: She's the one [R.]   Jeu 3 Avr - 23:10

« Trois semaines. »

Trois semaines. Elle n'y croyait pas. Trois semaines qu'il était là, derrière elle, la scrutant, observant tous ses faits et gestes sans qu'elle ne s'en rende compte. Trois semaines qu'il était auprès d'elle sans vraiment l'être. Trois semaines durant lesquelles elle avait espéré le revoir. Trois semaines qui s'écoulèrent. Trois semaines de chagrin. Trois semaines de la vie des deux jeunes gens. Trois semaines l'un sans l'autre.

Il avait raison. Elle n'était pas persuadée d'avoir peur, elle cherchait juste du réconfort, elle cherchait peut-être même à être rassurée. Pourtant, à ce moment précis, elle ne savait plus ce qu'elle devait faire ou dire. Elle se contenta de rester muette et d'écouter ce qu'il avait à dire. Elle se sentait faible, elle n'était plus elle. Elle aurait voulu tout lui dire, elle aussi, si elle pouvait. Il lui avait fait confiance et lui avait tout avoué, elle aurait voulu lui faire le même « cadeau » en retour. Ce n'était pas seulement de sa faute, elle était également fautive, tout comme lui. Ils étaient tous les deux fautifs. Certes, elle l'accusait, seulement elle se voilait la face et ne pouvait accepter les reproches qu'on lui faisait. Elle s'était tellement remise en question pendant tout ce temps à cause de son passé douloureux, de ces années épouvantables, qu'elle ne supportait plus d'être accusée de quoique ce soit. Elle l'avait déjà énormément été durant son enfance, il fallait que ça s'arrête. "La Vie est un longue fleuve tranquille", il faut le vivre pour le croire.

Touchée. Elle avait été touchée ... de plein fouet. Elle se posait tellement de questions, à savoir si elle devait croire en ses paroles, le croire lui. Elle avait fait confiance à tant de personnes, et résultat, elle avait toujours fini par être déçue. Elle essayait tant bien que mal de se justifier et de lui dire, une fois pour toute, tout ce qu'elle avait sur le coeur, mais elle devait se résigner à ne rien dire. Elle n'y arrivait pas. Il avait réussi à la troubler en l'espace de quelques mots.


« Je ... Peut-être que ... »

Elle lui manquait. S'il savait. Elle avait tant voulu entendre ces trois mots de la bouche de quelqu'un qu'elle aimait. Aujourd'hui, c'était le cas, elle attachait tant d'importances à ces détails concernant le bonheur, l'amour, la vie ... Mais Owen Scott, jaloux ? C'était une facette de la personnalité d'Owen que Destiny ne connaissait pas. Elle ne pensait jamais entendre ça de cet homme. Jamais il ne lui serait venu à l'esprit de l'entendre prononcer de tels mots.

« J'aurai tant voulu que cet homme, ce soit toi ... Que tu sois là quand j'en avais besoin. Que tu sois présent. »

Elle aurait aimé le retrouver après le travail. Elle aurait aimé passer du temps avec celui qu'elle aimait. Elle aurait aimé vivre avec lui comme les couples ordinaires. Rien de plus. Et si seulement ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Owen Scott

avatar

Nombre de messages : 153
Age : 27
Occupation : Tueur pour le Lys Pourpre
Love : She blew my mind but ... What's that exactly ?
Fears : Acrophobe et Apiphobe
Date d'inscription : 26/02/2008

Genetic Code
Ability: //
Side:
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: She's the one [R.]   Dim 6 Avr - 18:24

free music


Pourquoi l’impact de ses mots à elle résonnaient-ils dans sa tête comme s’il venait d’être frappé d’un électrochoc alors que lui-même les avait prononcé précédemment ? Il venait de se rendre compte à quel point il avait été si proche et si loin d’elle pendant tout ce temps. Mais quel âge avait-il pour agir de façon si puérile ? En réalité pour Owen, la situation se représentait un peu comme un saut à l’élastique. Il avait une peur panique du vide et pourtant, sauter dans le vide lui permettait d’enfin franchir le pas. Il en était à l’étape cruciale, celle où avec la peur au ventre il se présentait devant sa phobie. Le vide, l’inconnu. Il hésitait, pourtant, sa fierté ne voulait pas abandonner si près.

Maintenant qu’il se tenait devant elle, qu’il avait fait une bonne partie du chemin, il se retrouvait désarmé. Quoi qu’il fasse, il avait la sensation que ce n’était pas la bonne solution. Il avait retourné la question dans sa tête depuis trois semaines, trois longues semaines ! Et maintenant qu’il semblait enfin avoir trouvé une réponse il était comme paralysé, prêt à fuir de nouveau. Parce que se cacher avait été une sorte de fuite, la fuite de la réalité des sentiments qu’il éprouvait pour elle. Il avait fait la moitié du chemin, l’un de ses pieds était déjà dans le vide. Il était presque mais à chaque fois qu’il emblait enfin se jeter, il se rétractait. Ainsi on pouvait le voir ouvrir puis refermer la bouche quelques secondes plus tard.

Elle avait besoin de lui. Pendant qu’il se battait avec sa raison, elle l’avait attendu. Owen avait toujours su sonder les sentiments des gens. Il arrivait à lire sur leurs visages comme dans un cahier ouvert, cernant la moindre crainte, ou une quelconque nervosité. Mais chez elle, il avait été incapable de cerner quoi que ce soit. Soit elle cachait ses sentiments à la perfection, soit, comme il le pensait, elle le troublait tellement qu’elle lui faisait perdre tous ses moyens. –Je sais qu’il est peut-être trop tard mais … Il s’approcha d’elle. Samain gauche se plaça sur sa taille tandis que la droite se réchauffait au doux contact des doigts de la jeune femme. –Tu m’accorderas bien une danse ? Il n’arrivait à détacher son regard du sien. Si seulement elle pouvait imaginer le quart de ce qu’il ressentait pour elle. Owen Scott était sans doute l’une des personnes les plus introvertie qui soit, jamais encore il n‘avait envisagé la possibilité de lui dire de la façon la plus claire qui soit, formuer ses trois petits mots seraient le chemin le plus rapide et pourtant … Owen n’a jamais choisi la voix de la facilité, et une fois encore, il n’emprunterai pas ce chemin.

La rue était déserte. Pas un bruit. Il y avait-il lieu plus improbable pour une danse ? Aucune musique. Peut importe, il endosserai le rôle de piètre chanteur pour le bonheur de l’avoir dans ses bras. Alors doucement il entreprit de chantonner les premières paroles d’une chanson du grand Frank Sinatra alors qu’ils dansaient un slow au milieu d’une rue éclairé par quelques lampadaires. Ces quelques phrases n’étaient-elles en soi pas une preuve ? Le grand saut dans le vide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Destiny Moore

avatar

Nombre de messages : 189
Age : 25
Date d'inscription : 28/02/2008

Genetic Code
Ability:
Side:
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: She's the one [R.]   Jeu 24 Avr - 13:40

Encore une fois, elle ne savait que faire. Quand il était avec elle, elle restait là, pétrifié, aucun son ne sortait de sa bouche. Elle ne bougeait pas. Telle une statue. Pourquoi lui faisait-il cet effet ? Elle aurait voulu savoir si c'est ce qu'on appelle les symptômes de l'Amour. Si c'était le cas, elle était amoureuse. Si non, elle se faisait de simples illusions quant à ses sentiments envers Owen. Elle ne savait plus où elle en était. Chaque jour lui en apprenait un peu plus sur ce qu'elle ressentait pour lui. Chaque jour sans lui, lui avaient paru, être une éternité. Alors qu'avec lui, elle se sentait bien, le temps leur appartenait. Ils étaient libres, libres et heureux comme deux amants filant le parfait amour dans le dos de leurs compagnons.

Pendant ces trois semaines, à chacune de ses sorties, elle avait senti sa présence. Etait-ce un signe ? Tous les soirs. Elle sentait quelqu'un l'observer, la suivre. Au fond, il ne l'avait jamais abandonné. Il était là, présent, à ses côtés et faisait attention à ses moindres faits et gestes. Cette impression lui donnait de l'espoir. Elle se demandait seulement si cette lueur d'espoir était suffisante. Ils étaient si différents et si semblables à la fois. Il l'avait trahi, mais cela n'empêche qu'elle était encore folle amoureuse de lui. Pourquoi avait-il attendu tant de temps pour venir enfin lui adresser la parole ? Pourquoi ? Certes, elle aurait peut-être eu la même réaction, mais là, en ce moment, ils n'auraient pas été en train de se rendre des comptes en pleine rue. Ils auraient été l'un contre l'autre, profitant de chaque moment passés ensemble.

Il s'approcha d'elle lentement. Elle essaya de reculer, en vain. Elle était très susceptible, elle prenait beaucoup de temps à pardonner le mal qu'on lui avait fait. Mais lui, c'était différent, il y avait toujours un événement qui changeait le cours des choses, ou une chose qui en changeait une autre. Quand elle était avec lui, elle n'arrivait à rien sauf aimer. Il la rendait heureuse. Comment ? Elle ne pourrait y répondre. Il y avait encore une grande part de mystère enfoui en Owen Scott. Une part qu'elle espérait un jour pouvoir découvrir. Une facette qu'elle aimerait connaitre.

Il s'approcha donc d'elle et saisit une de ses mains, l'autre qu'il plaça délicatement sur la taille de la jeune femme. Être en contact avec le jeune homme troublait Destiny. Elle se sentait apaisée, calme. Elle revivait. Etait-il la cause de son retour à la vie normale ? Ils dansaient, seuls en lpein mileu d'une rue sombre et déserte, sans aucune trace de vie. Lui chantait et elle, rêvait. Cette voix la réconfortait, elle se sentait désormais en sécurité. C'est alors que son index effleura lentement les lèvres d'Owen, signe de laisser place au silence.


« Tais-toi et écoute. » Rien. On n'entendait rien, sauf les battements d'un coeur animé par l'Amour ...

[Vraiment, vraiment désolée du retard et de la médiocrité du post silent]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Owen Scott

avatar

Nombre de messages : 153
Age : 27
Occupation : Tueur pour le Lys Pourpre
Love : She blew my mind but ... What's that exactly ?
Fears : Acrophobe et Apiphobe
Date d'inscription : 26/02/2008

Genetic Code
Ability: //
Side:
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: She's the one [R.]   Jeu 1 Mai - 11:06

Elle lui faisait pensé qu’il était différent, qu’il n’était pas qu’un monstre, qu’il était capable de bien plus que cela, d’aimer. Il avait renié ce sentiment signe pour lui d’hypocrisie. Il avait aimé ces parents et eux ne l’aimaient pas. Il s’était donc imaginé que l’amour, le vrai, n’allait que dans un seul sens. Les couples qui duraient devenaient pour lui las et fade et au final, on ne retrouve plus l’étincelle du début, ils étaient devenus la façade d’un amour raté : ses parents, encore une fois. Et pourtant, il avait fallu qu’un beau jour ensoleillé, leur chemin se croise au détour d’un carrefour plutôt accidenté. Sans qu’ils le sachent, ou plutôt qu’il le sache, ils avaient fait un bout de chemin ensemble. Les kilomètres s’enchaînaient, un peu comme si de rien n’était, Le temps passait, le temps filait. Il était bien, tellement qu’il ne s’en rendait pas compte, tellement qu’il avait du faire l’imbécile et risquer de la perdre pour se rendre compte qu’elle était indissociable de son futur.

Le temps semblait arrêté, figé. Owen sentait petit à petit ses barrières tombées aussi vite qu’un château de carte. Lorsqu’elle était dans ses bras, le reste semblait si loin et si insignifiant. Il chantait pour elle. Elle ne se rendait peut-être pas tant compte de l’effort, il s’était si peu dévoilé après tout. Il gardait certaines réticences mais elles lui semblaient se dissipées. En un sens, il détestait ce sentiment qui l’habitait car il se sentait un peu comme vulnérable et bizarrement, quelque chose au fond de lui aimait le pouvoir qu’elle avait sur lui.
Silence. Ou presque. Owen pouvait sentir cœur de la jeune femme battre contre lui, à tel point qu’il avait presque l’impression qu’il battait dans sa propre poitrine, et quelque part, c’était un peu le cas. Son cœur à lui s’était quasi mis à battre au même rythme que le sien. Il l’attira plus à lui, la serrant dans ses bras comme il ne l’avait jamais fait. Un geste tendre. La première fois d’une longue série ?


-Je t’aime. Souffla-t-il à son oreille. Il y a à peine quelques secondes, jamais il n’aurait pensé pouvoir le dire et pourtant, c’était venu si naturellement. Il était d’ailleurs un peu décontenancé mais il s’en fichait car dès l’instant précis où il avait prononcé ces mots, un poids semblait s’être libéré. Pour la première fois de sa vie, Owen Scott s’ouvrait à quelqu’un et pas à n’importe qui, à elle. La seule qui pouvait lui faire perdre le contrôle de lui-même, la seule qui le faisait agir à l’opposé de ce qu’il avait l’habitude de faire, mais surtout, la seule qu’il aurait voulu serrer si fort dans ses bras toute la nuit s’il le faut. La savoir auprès de lui, ce qui lui avait tant manqué. La peur de la perdre, qu’elle l’oublie, qu’elle ait peur de lui, peur de ne pas être à la hauteur. Oui il avait peur d’aimer. Mais peut importe, parce qu’il lui suffisait de croiser son regard pour que tout ses doutes s’envolent, comme à cet instant. Il posa ses lèvres sur les siennes au goût si unique, parce que c’était elle. Sa main se confondit avec la sienne, signe qu’il serait tout de même temps de quitter les lieux, il faut le dire, peu appropriés à une discussion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: She's the one [R.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
She's the one [R.]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Becoming Heroes :: Western City :: The Poisoned Apple District-
Sauter vers: