AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nola Hamner | You can't explain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nola Hamner

avatar

Nombre de messages : 405
Age : 28
Occupation : Journalist
Love : Love needs a heart ready to beat
Date d'inscription : 19/02/2008

Genetic Code
Ability:
Side: Money
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Nola Hamner | You can't explain   Mar 19 Fév - 13:43

    » IDENTITE :


Nom : Hamner
Prénom(s) : Nola Kathlyn. Son père voulait Ella, sa mère Norah ; ils choisirent finalement le compromis entre les deux - et Nola vaut mieux que Erah. Son deuxième prénom vient de celui de sa grand-mère maternelle, celle sans qui elle n'aurait jamais vu le jour.
Surnom(s) : Il est difficile, dans toute une vie, d'éviter les surnoms. Nola ne déroge pas à cette règle, au contraire, elle en est une victime consciente. Son prénom s'avère, hélas, être propice aux sobriquets les plus idiots tels que Nono ou bien Lala - devenu très à la mode après la consécration des Teletubies. Fort heureusement, il existe encore des personnes censées qui se contentent d'un simple No' ou encore Nolly.
Âge : 28 ans
Date de naissance : Née le 14 Novembre, cela fait d'elle fait d'elle un Scorpion au tempérament de feu
Lieu de naissance : Elle a vu le jour à Kingson, petite ville de l'état de New York aux Etats-Unis
Nationalité : Américaine
Occupation : Après avoir obtenu avec brio son diplôme de journalisme, elle a trouvé une place toute destinée au sein du prestigieux New York Times. Depuis les sept années passées dans cette boîte, son ambition n'a toujours pas failli et elle est toujours avide de scoop et de l'Article qui la mènera à l'ultime consécration.


    » GENETIQUE :


Connaissance des Heroes : Si l'on annonce à Nola qu'elle a affaire à un "Heroe", elle n'aura d'autre réaction qu'un éclat de rire. Bien entendu, si la personne en question fait usage de son pouvoir sous ses yeux, elle n'aura d'autres choix que de s'avouer convaincue - quoiqu'elle soit extrêmement pointilleuse et cherchera les ficelles derrière la scène - et de le croire. En attendant, elle a juste l'impression que le monde est en train de changer et que certains ne sont pas si honnêtes que l'on pourrait le croire.
Rapport aux Heroes : Selon elle, elle n'en connaît pas. Pourtant, si elle était suffisamment ouverte à ses proches, elle se serait rendu compte que son propre demi-frère est un de ces "Heroes". Il est difficile de prévoir à l'avance sa réaction lorsqu'elle apprendra leur existence, on peut tout de même imaginer que le choc passé, elle y verra LE scoop qui pourra faire décoller sa carrière. Restera à voir si son travail sera plus important que les vies humaines en jeu.
Connaissance du Labo : Trois mois auparavant, le terme "Labo" aurait désigné pour Nola le lieu où elle amène ses prises de sang pour faire les examens adéquats. Toutefois, elle a eu vent d'un projet gouvernemental dissimulé au grand public. Autrement dit quelque chose qui n'attend que la visite d'un journaliste pour exposer le tout au grand jour. Ce qui s'y trame lui est totalement inconnu. En attendant que quelqu'un éclaire sa lanterne...
Rapport au Labo : Pour Hamner, le Labo est avant tout le sujet de son futur article. A partir du moment où les agissements de l'endroit sont bien top secrets, alors elle aura un scoop du tonnerre. C'est ce qu'elle cherche pour l'instant, reste à voir si à l'avenir elle ne réviseras pas ses positions.


    » PSYCHOLOGIE :


Traits de caractère : Comme son prénom en atteste, Nola possède des origines Irlandaises. De cela elle a hérité un fort tempérament ainsi qu’une fierté sans égale allant de paire avec une ambition sans limite. En la voyant telle qu’elle est actuellement, difficile pourtant d’imaginer qu’elle n’a pas tout le temps était ainsi. En effet, la période de l’adolescence a été un long calvaire pour elle et durant cette période, constamment brimées par ses petits camarades, sa confiance en elle a commencé à s’effriter pour ne demeurer plus qu’une braise couvant sous les cendres. A cette époque de sa vie, elle s’était résignée à rester à l’identique, une fille gentille mais qui se faisait piétiner à longueur de journées. C’était sans compte sur son admission à l’école de journalisme. A partir de là, elle dut évoluer de façon radicale pour suivre le mouvement relatif à ce milieu infesté de requins. Les connaissances qu’elle y fit figèrent ce qu’elle allait devenir – ce qu’elle est désormais. Sûre d’elle, efficace et d’une détermination farouche, elle est bien loin de l’adolescente d’autrefois qui était incapable d’émettre un mot plus haut que l’autre. De la concurrence, elle a appris à ne jamais lâcher le morceau et se battre jusqu’à la victoire. La gentillesse qui la caractérisait étant enfant est toujours bien présente, hélas un peu trop dissimulée derrière une façade d’ironie et de perpétuelle méfiance – quand on connaît le monde comme le fait un journaliste, on apprend à douter de tout – qui peut la faire apparaître froide et distante. Elle ne cache aucun de ses défauts, toutefois le trait de caractère qui ne ressemble en rien à la Nola de sa jeunesse est sans nul doute sa capacité à flirter effrontément avec la gente masculine. Elle n’a jamais éprouvé le moindre sentiment amoureux pour qui que ce soit – ce qui lui pose certains problèmes et la fait douter de sa capacité à aimer – et profite de cette « qualité » pour parvenir à ses fins. En effet, il est facile de parvenir à ses fins, pour obtenir des informations confidentielles par exemple, lorsque l’inhibition incombant à un quelconque attachement est inexistante. Cela peut sembler peu flatteur mais dans le monde des média, il n’y a aucun secret. Néanmoins, le caractère de Nola ne présente pas que des zones d’ombre, bien au contraire. Ouverte et souriante, elle est un véritable rayon de soleil pour tous ses proches – et ce n’est pas elle qui le dit –, quelque soit la situation elle trouve le moyen de détendre l’atmosphère en racontant un fait divers amusant dont elle a entendu parlé au journal, ce sont ses petites blagues à elle. Elle est rarement déprimée malgré sa prédisposition aux crises d’angoisse, elle préfère garder le moral en toutes circonstances étant donné que sans cela, elle ne peut pas travailler correctement. Elle tient tous ses amis en haute estime, sûrement à cause du fait qu’elle n’en possède pas un nombre faramineux, mais si l’un d’eux s’avise de rompre la confiance qu’elle insuffle en eux, alors celui-ci peut être certain de voir son existence pourrie. Elle n’est certes pas la personne la plus influente au New-York Times mais peut très bien faire du mal sans conséquences. Cependant parvenir à de tels extrêmes ne lui est arrivé qu’une seule fois et encore aujourd’hui, elle en éprouve un certain remord. Voilà bien ce qui la différencie des autres journalistes de sa génération…

Manies :
- Elle est un tantinet hypocrondiaque dans le sens où chaque matin elle a droit à son rituel quotidien qui consiste à prendre une première partie de pillules (contre l'anxiété), de manger son petit-déjeûner pour ensuite prendre des cachets (leur utilité change souvent).
- Elle adore faire craquer les jointures de ses doigts, surtout lors de longs silences gênés.
- Lorsqu'elle porte ses lunettes, elle devient impossible. Va qu'elle les descend pour mieux les remonter, qu'elle les enlève puis les remet... C'est un vrai supplice alors de la regarder faire.



    » PATRIMOINE RELATIONNEL :



by ex_brooke70877
Pearl West
Sienna Miller
Pearl et Nola se connaissent depuis l'école de journalisme durant laquelle les deux demoiselles étaient en constante concurrence pour la meilleure, note, meilleure appréciation, meilleur reportage etc...
Quelques années plus tard, elles en sont toujours au même point, travaillant toutes deux pour deux journaux concurrents, elles sont à l'affût du moindre scoop, et du moindre mouvement de l'autre n'hésitant pas à contrecarrer ses plans à vitesse grand V. Depuis plusieurs mois les deux jeunes femmes ont ouïe dire qu'un certain Labo abritait des expériences assez particulières sur des sujets plutôt étranges. Elles se sont toutes deux précipitées à Salem afin de découvrir de quoi il en retourne. La seule chose qu'elles ont découverte jusqu'à présent est la présence de l'autre...



by ikilledkenny86
Laurence Kargeer
Zachary Quinto
Laurence est un jeune homme qui ne supporte pas qu'on lui résiste, ainsi lorsqu'il a remarqué Nola un soir, il n'a pas pu s'empêcher d'aller faire connaissance avec cette charmante créature, lui offrant un martini qu'elle refusa poliment. Bien entendu ce geste surpris le jeune homme absolument pas habitué à se faire repousser par une jolie femme, ni par une moins jolie d'ailleurs. Il a donc réitéré, encore et encore jusqu'à ce qu'elle accepte, ce qu'elle fit, prenant le verre et le renversant volontairement sur le pantalon de Laurence. Nola avait quitté le bar avant même qu'il ne s'en rende compte. Cependant le jeu du jeune homme, ses petites phrases destinées à la séduire, à la faire rire ou autres ont amusées la jeune femme qui a dans l'intention de revenir au bar afin de le revoir, peut être a t'il des informations ce sur Labo...

...

    » AUTRES :


- Elle possède un tatouage sur la cheville, représentant une rose. Il s'agit là d'une erreur de jeunesse qu'elle cherche désormais à dissimuler du mieux qu'elle peut à coup de fond de teint ou chaussures montantes. Elle a cependant renoncé à l'ôter puisqu'il lui est utile lors de ses petites séances de drague. En effet, elle peut se vanter "d'avoir un tatouage dissimulé aux yeux de tous", sans avoir à mentir.
- Elle est presbyte et a donc besoin de porter des lunettes pour lire ou écrire. Beaucoup de ses proches s'étonnent de la voir avec ses montures alors elle use de sa fameuse réplique "c'est que vous ne vous intéressez pas à mon travail puisque je les porte toujours à cette occasion".
- Depuis l'adolescence, Nola a développé un trouble du au stress : la spasmophilie. Médicalement parlant, il ne s'agit pas d'une maladie reconnue même si les symptômes, différents d'un individu à l'autre, sont des plus douloureux et peu supportables. Chez elle, cela se traduit par un engourdissement des membres - principalement du côté droit - suivi d'un trouble de la vision et d'un mal de tête qui l'oblige bien souvent à rester allongée dans son lit. Une crise dure généralement peu, deux jours au maximum, mais le temps de s'en remettre varie en fonction des circonstances de sa vie actuelle.
- Certains naissent avec des cordes vocales en or, ce n'est pas du tout le cas de Nola qui est incapable d'aligner deux accords justes. Elle a une très belle voix mais ne sait pas chanter. C'est pour cela qu'elle évite de ramener ces conquêtes d'un soir chez elle, pour ne pas être prise pour "délit de chansonnette" sous la douche.




Avatar : Sarah Michelle Gellar Prinze

Fille ou garçon : Girl attitioude Cool
Comment avez-vous connu le forum ?
Commentaires : Vous me déprimez avec vos forums si sensationnels... QUEL EST VOTRE SECRET ?!!


Dernière édition par Nola Hamner le Dim 24 Fév - 21:12, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amazingaaron.net
Nola Hamner

avatar

Nombre de messages : 405
Age : 28
Occupation : Journalist
Love : Love needs a heart ready to beat
Date d'inscription : 19/02/2008

Genetic Code
Ability:
Side: Money
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: Nola Hamner | You can't explain   Mar 19 Fév - 16:29

    » BIOGRAPHIE :


Patrimoine génétique :
LACRYMOSA

Les livres et les films nous racontent de belles histoires d’amour dites « qui durent toute la vie ». Les enfants sont bassinés dès leur plus jeune âge par des contes où on leur promet que tôt ou tard ils trouveront leur prince ou leur princesse qui remontera le long chemin de la vie à leur côté. Ils oublient de mentionner à quel point cette route est sinueuse et qu’il est aisé de s’y perdre.

Harry Hamner et Penelope Paxton étaient faits pour être ensemble. Dès le premier coup d’œil, ils s’en étaient rendu compte. Hélas, il leur fallut sept ans de vie commune et la naissance d’une petite fille pour finalement réaliser qu’ils s’étaient lourdement fourvoyés. Revenons un peu plus en arrière pour comprendre le pourquoi du comment. Harry Hamner était un jeune infirmier débarquant pour sa première semaine de travail à l’hôpital fédéral de Kingson, New York. Peut-être fut-ce là l’engouement du nouveau venu mais il tomba sous le charme de l’une de ses patientes, rien de « sentimental » là-dedans puisqu’il s’agissait d’une cinquantenaire au rire contagieux malheureusement atteinte d’une leucémie. Celle-ci passa deux bonnes semaines à l’hôpital, ravie d’être si bien entourés – en effet, malgré son affection au service des urgences, Harry prenait la moindre de ses pauses pour visiter sa malade préférée. Malgré les excellents soins qu’elle reçut, la maladie fut plus forte et emporta la femme vers un monde – soi-disant – meilleur. Ce fut un mal pour un bien puisque Harry eut alors l’occasion de rencontrer la fille de la défunte. Si le coup de foudre existe, il fit alors le jeune infirmier sa victime. Faisant preuve d’un cran qui ne lui ressemblait pas – d’ordinaire étant plutôt du genre timide et effacé – il invita la cadette des Paxton, mettant de côté tout ce que les circonstances avaient de glauque. Contre toute attente, Penelope accepta. Elle ne demanda qu’un laps de temps très court avant de tomber sous le charme de ce grand brun au regard si enjoué. Vieux jeu, Harry ne demanda la main de sa bien-aimée que deux ans après leur premier baiser. De la nuit de noces naquit leur première enfant : Nola Kathlyn. Elle aurait du avoir un petit frère ou une petite sœur mais Penelope, trop usée déjà par cette grossesse, décida de s’arrêter là, arguant qu’une magnifique fillette telle Nola lui suffisait largement. Ce n’était là que poudre aux yeux.

Nola s’apprêtait à souffler ses cinq bougies lorsque Penelope décida de prendre la poudre d’escampette. Pas un mot d’explication. Elle disparut de la surface de la Terre, ou au moins de Kingson, durant deux mois avant de refaire son apparition, papiers de divorce en mains. Influençable et conciliant, Harry les signa sans faire d’histoires. De toute manière sa future ex-femme lui laissait la garde, ne demandant qu’un week-end sur deux ainsi qu’une semaine à chaque vacance. Trop jeune pour réaliser ce qui se passait autour d’elle, la petite Hamner s’accommoda de cette nouvelle vie avec une mère par intermittence. Les choses basculèrent lorsque cette dernière se fiança et tomba enceinte, elle qui avait juré ses grands dieux ne jamais, ô grand jamais, vouloir subir une deuxième fois les affres de la grossesse. Dès lors Nola perdit en importance à ses yeux, le petit garçon qui naquit étant un véritable « don du ciel » puisque « fruit de l’amour véritable ». Là encore, Nola ne se plaignit pas, après tout, elle avait encore son père et ce n’était pas comme si sa mère la rejetait totalement ; de plus elle pourrait s’amuser avec son demi-frère… Sauf que, plus les années passaient, plus le rejeton devenait capricieux et, par accord mutuel avec sa mère, Nola passa de moins en moins de temps chez sa mère, préférant de toute façon l’ambiance cosy du chez soi de son célibataire de père.


Moment(s) de l'enfance :
HEAVEN SHINES A LIGHT DOWN ON ME


Assise contre les oreillers moelleux de son lit, Nola avait les yeux grands ouverts et fixait le mur nu juste en face d’elle. Cela faisait maintenant plus d’une heure qu’elle se faisait violence pour trouver le sommeil mais rien n’y faisait. Elle avait encore la vision de sa mère avec son ventre délicatement arrondi en tête et cette image lui donnait mal à l’estomac. Depuis les deux années de vie sans sa maman auprès d’elle, Nola aurait du être habituée, en plus elle appréciait son nouveau beau-père qui était un peu spécial mais toujours prévenant avec elle. Mais voilà, comment expliquer à une gamine de sept ans qu’elle allait très bientôt être remplacée par un autre bébé alors qu’on lui avait promis tout au long de ses plus jeunes années qu’elle serait l’unique, celle qui aurait droit à toutes les attentions. D’accord, c’était égoïste de sa part de ne pas vouloir partager. Toutefois elle aurait trouvé cela acceptable si seulement on lui avait demandé ses deux parents à la fois. Là, on voulait lui enlever une partie de sa mère et elle ne pouvait l’accepter. Pas pour le moment en tout cas…

La lumière du couloir s’alluma et Nola s’enfouit dans ses couvertures en attendant que son père passât mais ne fut pas suffisamment rapide. Elle entendit les pas se rapprocher, précédant l’ouverture de la porte. La fillette ferma ses yeux le plus fort qu’elle put et expira bruyamment pour montrer qu’elle était profondément endormie.


« Ca ne marche pas avec moi, tu sais ? » Son père pouffa et passa ses mains sous les couvertures pour les ôter du doux visage de son enfant. Celle-ci ouvrit un œil en esquissant un demi-sourire tout timide. Elle mima un pâle « désolée » avec ses lèvres avant de se redresser et de se blottir dans les bras paternels.

« Qu’est-ce qui t’arrive ? » lui souffla-t-il en caressant les cheveux longs et bruns de sa petite adorée. Cette dernière lâcha un soupir théâtral peu propice à une fillette de son âge qui renforça le sourire amusé sur les lèvres d’Harry.

« C’est maman… Ca me fait de la peine de penser que bientôt elle ne m’aimera plus… » Elle leva un regard empli de profonde tristesse vers son père qui ouvrit la bouche pour parler mais n’en eut pas l’occasion. « Je veux dire, je sais qu’elle a une nouvelle famille mais je pensais que je lui suffisais. C’est ce qu’elle me disait et maintenant, elle m’a juste mentie… » Elle lâcha un nouveau soupir en posant sa tête contre le torse de son papa.

« Ce n’est pas parce qu’elle va avoir un bébé qu’elle t’aimera moins. Tu resteras pour toujours son petit rayon de soleil, sa petite fille préférée. Et s’il lui arrive de l’oublier, eh bien tu n’auras qu’à lui montrer que tu existes et lui rappeler que tu étais là la première et que tu as le droit à ses faveurs en priorité. »

Rassasiée par les douces paroles de son père, Nola hocha la tête. Il avait raison. Elle était là avant et le petit qui viendrait à naître n’allait pas dicter sa loi d’un claquement de doigts. Elle prouverait à tous qu’elle était bien plus que la « première née qu’on oubliait pour un autre ». Et le mieux dans tout ça ? Elle le ferait sans que personne ne s’en rende compte, elle serait simplement la meilleure fille du monde. Imparable et inoubliable. Se sentant tout de suite mieux, Nola se défit des bras d’Harry et se réinstalla correctement dans ses couvertures. Elle fixa son père avec un grand sourire.

« Tu veux une histoire pour t’aider à t’endormir ? » lui demanda-t-il en lui rendant son sourire. Devant la mine réjouie de la gamine, il partit à la recherche d’un livre de contes dans la bibliothèque murale.

« Non attends ! Je ne veux pas d’une fable stupide avec une morale barbante… »

Elle se rua sur le bord de son lit pour plonger au-dessous, elle farfouilla bruyamment sous le regard amusé de son père qui était revenu s’asseoir. Enfin la petite Hamner refit surface et posa dans un geste victorieux le journal sur les genoux de son père. Il devait bien dater de la semaine précédente mais elle s’en moquait, elle avait bien tenté de le lire par elle-même, cependant certaines rubriques étaient écrites en trop petit et elle avait du mal à tout comprendre.

« Tu veux que… »

Nola hocha vigoureusement la tête, déjà toute ouïe. Harry fronça les sourcils, suspicieux, avant d’hausser les épaules. Cette fillette était décidément très spéciale. Normal, c’était la sienne !

« Le 10 août dernier, le tribunal de… »

Dix-huit minutes et trois articles plus tard, l’enfant était confortablement endormie, un sourire de contentement aux coins des lèvres.

Moment(s) de l'adolescence :
WE'RE ALL GRIEVING, LOST AND BLEEDING


Les bras chargés de livres de cours, Nola parvenait avec difficultés à placer un pied devant l’autre. Toutefois son calvaire arrivait bientôt à son terme puisqu’en penchant légèrement la tête, elle discernait la silhouette familière de la rangée de casiers, le sien étant juste au bout du couloir. Un, deux, trois, quatre. Elle comptait ses pas histoire de garder le rythme, sans le réduire ne serait-ce que d’un centimètre/seconde.

« Tiens, tiens, tiens, regardez qui voilà ! »

*Merde ! J’y étais presque cette fois…* songea la jeune Hamner en grimaçant alors qu’un groupe de blondes peroxydées s’étalait devant elle, lui barrant le passage. La plus proche d’elle – la chef – esquissa un sourire mauvais en s’emparant du premier bouquin de la pile.

« Samuel Beckett ? C’est quoi ça, un de tes journalistes débiles ? »

Nola remonta sa monture sur son nez en retenant un éclat de rire. La stupidité de certaines adolescentes atteignait l’Everest, ça en aurait presque été comique si seulement ce n’était pas si effrayant.

« Oui, c’est ça. » répliqua-t-elle d’un ton un peu plus sec qu’elle n’aurait du. Aussitôt le cercle se resserra autour d’elle, elle sentit quelqu’un peser un peu plus lourdement sur la montagne de livres et ses doigts glissèrent sur les couvertures.

« Tu te prends pour qui, tacheronne ? »

« Pour personne. » répondit-elle du tac-au-tac, espérant éviter de plus gros embêtements. Trop tard. Sans qu’elle ne s’en rende compte, ses bouquins lui échappèrent des mains un à un. Déséquilibrée par ce soudain changement de poids, elle bascula sur le côté et se retrouva bientôt les genoux contre le dur macadam. Des éclats de rire fusèrent tout autour mais elle n’en perdit tout de même pas sa contenance. La tête haute, elle jeta un regard blasé en direction du petit groupe qui tournait déjà les talons, leur proie ayant perdu tout son attrait maintenant qu’elle se trouvait au sol.

« Elles sont franchement tartes… » fit une voix par-dessus son épaule.

Nola fit semblant de ne rien avoir entendu, préférant se concentrer sur le ramassage de ses livres. Elle était d’autant plus frustré qu’ils provenaient pour la plupart de la bibliothèque, si l’un d’eux revenaient avec une corne ou une tache, elle ne se le pardonnerait jamais. Déjà, elle sentait les larmes lui monter aux yeux. Pas des larmes de tristesse ou de peur, loin de là, plutôt des larmes de déception. Elle s’en voulait de ne pas avoir le cran nécessaire pour tenir tête à ses filles dites populaires qui régnaient sur le lycée entier.


« Laisse-moi t’aider. »

Nola attrapa la main tendue devant ses yeux et se remit sur pieds d’un petit bond. La rapidité de l’action lui fit tourner la tête quelques secondes et lorsqu’elle reprit pleine possession de ses moyens, elle put voir le visage de son sauveur. Des boucles châtaines encadrant des yeux verts rieurs ainsi que des lèvres qui s’étiraient en un sourire digne d’une pub pour dentifrice.

« Nola… » souffla-t-elle sans lui lâcher la main.

« Je sais. » Il lui fit un clin d’œil avant de se pencher pour remettre l’ensemble des livres en un bon tas comme à l’origine. « Je les poses où ? »

Interrompant les folles pensées qui commençaient déjà à se transformer en films, Nola secoua la tête en indiquant d’un geste de la main l’emplacement de son casier. Elle suivit son sauveur – une fois que ses neurones eurent passé le choc, elle s’était souvenu de son prénom – Doug, sans trouver quelque chose de spirituel à dire. Ce dernier rangea les livres convenablement à l’intérieur de la petite case – Nola fut d’ailleurs impressionnée par son côté carré et sa minutie.

« Voilà, tout est réparé. J’espère que ces garces ne viendront plus t’importuner… Si ça arrive, tu m’appelles. » Nouveau clin d’œil, l’adolescente sentit ses jambes flageoler dans ses ballerines.

« Et moi j’espère qu’elles ne me lâcheront pas de sitôt… » murmura-t-elle pour elle-même alors que Doug s’éloignait rejoindre sa bande de potes.

Doug Friedman fut son premier béguin, elle avait dix-sept ans. Quelques semaines plus tard, il fut également son premier petit ami. Sept mois plus tard, il ne fut pas son premier chagrin d’amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amazingaaron.net
Nola Hamner

avatar

Nombre de messages : 405
Age : 28
Occupation : Journalist
Love : Love needs a heart ready to beat
Date d'inscription : 19/02/2008

Genetic Code
Ability:
Side: Money
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: Nola Hamner | You can't explain   Dim 24 Fév - 17:51

Moment(s) de l'âge adulte :


« Ton beau-père et moi n’avons pas eu de nouvelles de lui depuis bientôt deux semaines. On commence à sérieusement s’inquiéter. »

« Il a sûrement du trouver un groupe de faux musiciens à la petite semaine squattant un hangar… Ce n’est pas avec l’argent que vous lui avez filé qu’il peut se permettre des folies. »

« Je ne te permets pas de nous juger, tu sais que je ne voulais pas qu’il s’en aille. »

Nola éloigna le téléphone de son oreille pour lâcher un soupir. Sa mère ne savait décidément pas s’y prendre avec ses enfants et ne tirait aucune leçon de ses erreurs.

« Je vais voir si j’arrive à le joindre. Passe le bonjour chez toi. »

Elle replaça le portable sur le socle installé spécialement à cet usage dans le tableau de bord puis détourna le regard un quart de seconde de la route pour mettre en marche la radio. Ce fut un laps de temps suffisant pour qu’elle soit surprise par la silhouette blonde qui trébucha du trottoir et vint s’étaler sur son capot. Fort heureusement, un coup de frein avait considérablement ralenti sa vitesse et le choc fut bénin.

« Est-ce que ça va ? »

« Désolée, le trottoir est glissant et… »

Nola posa une main sur l’épaule de la « victime » qui releva son visage. Aussitôt elle sentit son sang ne faire qu’un tour. Elle ôta vivement sa main comme si elle s’était pris un coup de jus avant de grimacer outrageusement.

« J’aurais du me tromper de pédale et enfoncer l’accélérateur. »

« Qu’est-ce que tu fiches ici ? » siffla Pearl West, la rivale numéro un d’Hamner depuis les bancs de l’école de journalisme.

« Je prends des vacances, il paraît que Salem est une véritable cure de jouvence ! »

« Apparemment, tu ne dois pas y être depuis longtemps vu la sale tête que tu te trimballes. »

Nola pouffa nerveusement en remontant dans sa voiture. Elle démarra dans un crissement de pneus qui se prirent une flaque d’eau de plein fouet, éclaboussant la blonde restée sur le bas-côté de la route. Celle-ci, trempée, hurla de rage en direction de l’automobile.
Oups…

***


Installée au bar, Nola faisait tournoyer lentement son verre entre ses doigts. Cela faisait peu de temps qu’elle avait débarqué à Salem mais son enquête stagnait depuis plusieurs jours. Elle avait tenté une approche au commissariat qui n’avait rien donné et les registres de la mairie étaient tout bonnement inaccessibles, même pour une fouine de son espèce. Plutôt que de se morfondre seule dans sa chambre d’hôtel, elle avait donc décidé de sortir. Quoi de mieux pour se redonner le moral qu’une bonne bouffée d’air enfumé d’un bar. Et puis, elle pourrait toujours y trouver une compagnie plus agréable que sa télévision enneigée.


« Je peux savoir ce qu’une ravissante créature telle que vous fait seul, accoudée au comptoir ? »

Nola arqua un sourcil sans se tourner vers l’homme qui s’était approché. Elle était déjà en train de préparer son stock de réponses pour l’ensemble de ses tentatives d’approche, le mot « séduction » ne fonctionnant pas encore à ce moment de la discussion.

« Je suppose qu’elle cherche à apprécier tranquillement la bonne ambiance de ce lieu… »

« Cela tombe bien, on apprécie toujours mieux à deux. » Il ponctua sa phrase d’un clin d’œil prévisible avant de prendre place sur le tabouret à côté du sien. Nola secoua la tête. Quelle partie du mot « tranquillement » n’avait-il pas saisi ?

« Je vous paye un verre ? »

« Sans façon. »

« Laissez-moi deviner… Un martini ? »

« Non merci. »

Nola esquissa un sourire crispé en se tournant vers son interlocuteur qui la dévisageait avec un regard vorace. Entrant dans son jeu, elle le détailla de haut en bas avec effronterie. Elle pouvait bien lui accorder ça : il était loin d’être repoussant. Au contraire, s’il n’avait pas cet air déjà victorieux, elle aurait pu entrer dans ses filets de son plein gré. Dommage.

« Garçon, deux martinis, je vous prie. »

« Vous avez du mal à comprendre les mots que je forme ou vous faites ça avec toutes les pauvres filles qui ont le malheur de croiser votre champ de vision ? »

« Waouh, d’habitude elles mettent plus de temps avant de me sortir le long speech rhétorique. Et si vous acceptiez directement le verre ? »

La journaliste soutint son regard cinq bonnes secondes avant de finalement hausser les épaules. Elle s’avouait vaincue.

« D’accord. »

« Je le savais. » murmura-t-il en appelant une nouvelle fois le serveur, un sourire satisfait sur les lèvres. Nola attrapa le verre qu’il lui tendit en effleurant son index avec intention.

« Je m’appelle Laurence. » Ainsi il en était déjà aux présentations. Pauvre bougre. Elle pourrait peut-être faire un effort et accepter d’engager une conversation banale. Ou pas. Elle étira un large sourire comme si savoir enfin son prénom l’emplissait d’une joie extrême puis, d’un mouvement de poignet quasi invisible, elle retourna l’ensemble de son verre sur le pantalon du jeune homme. Celui-ci se leva de son tabouret en grognant contre cette « pétasse qui venait de ruiner son pantalon à trois cent dollars ». Elle laissa un billet sur le comptoir à l’attention du serveur qui devrait nettoyer tout ça avant de prendre la poudre d’escampette sans se retourner. Quelle belle soirée, elle adorait apprendre les bonnes manières aux garçons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amazingaaron.net
Nola Hamner

avatar

Nombre de messages : 405
Age : 28
Occupation : Journalist
Love : Love needs a heart ready to beat
Date d'inscription : 19/02/2008

Genetic Code
Ability:
Side: Money
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: Nola Hamner | You can't explain   Dim 24 Fév - 21:12

Ca craint mais j'ai fini Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amazingaaron.net
Mallory Fitzgerald
Admin | Caution ! High Voltage
avatar

Nombre de messages : 905
Age : 28
Occupation : Bonnie, from Bonnie and Clyde
Love : There's this bad boy I've run away with...
Fears : Water.
Date d'inscription : 21/12/2007

Genetic Code
Ability: Electrokinésie
Side: None
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: Nola Hamner | You can't explain   Dim 24 Fév - 21:16

Ca crait mais je te valide Neutral



_________________

BY : PARADISE_BIRDIE
___
She's always buzzing just like
Neon neon
Who knows how long
She can go before she burns away

QUICHETTE SUPERSTAR
SPN FREAK | SAVE DEAN SAVE THE WORLD
TEAM BLAIR AGAINST J. V. C. G.
DELA & BLATE RULE
I'M CHACE'S SLAVE. WHEREVER WHENEVER BABE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune
Nola Hamner

avatar

Nombre de messages : 405
Age : 28
Occupation : Journalist
Love : Love needs a heart ready to beat
Date d'inscription : 19/02/2008

Genetic Code
Ability:
Side: Money
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: Nola Hamner | You can't explain   Dim 24 Fév - 21:25

J'l'avais dit qu'elle craignait ma fiche

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amazingaaron.net
Lorenzo Donnovan

avatar

Nombre de messages : 654
Age : 25
Occupation : AGENT SEXY & SPECIAL DU FBI
Love : I'm not in love, I'm obsessed.
Fears : My own job is what scare me the most.
Date d'inscription : 15/02/2008

Genetic Code
Ability: No one.
Side: I'm a good man.
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: Nola Hamner | You can't explain   Dim 24 Fév - 21:54

Elle claque, ça craint
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mallory Fitzgerald
Admin | Caution ! High Voltage
avatar

Nombre de messages : 905
Age : 28
Occupation : Bonnie, from Bonnie and Clyde
Love : There's this bad boy I've run away with...
Fears : Water.
Date d'inscription : 21/12/2007

Genetic Code
Ability: Electrokinésie
Side: None
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: Nola Hamner | You can't explain   Dim 24 Fév - 22:08

Mais de toutes façons, c'est toi qui craint alors Rolling Eyes

_________________

BY : PARADISE_BIRDIE
___
She's always buzzing just like
Neon neon
Who knows how long
She can go before she burns away

QUICHETTE SUPERSTAR
SPN FREAK | SAVE DEAN SAVE THE WORLD
TEAM BLAIR AGAINST J. V. C. G.
DELA & BLATE RULE
I'M CHACE'S SLAVE. WHEREVER WHENEVER BABE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune
Nola Hamner

avatar

Nombre de messages : 405
Age : 28
Occupation : Journalist
Love : Love needs a heart ready to beat
Date d'inscription : 19/02/2008

Genetic Code
Ability:
Side: Money
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: Nola Hamner | You can't explain   Dim 24 Fév - 22:12

Ravie de voir qu'on est tous du même avis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amazingaaron.net
Destiny Moore

avatar

Nombre de messages : 189
Age : 25
Date d'inscription : 28/02/2008

Genetic Code
Ability:
Side:
Allies/Ennemies:

MessageSujet: Re: Nola Hamner | You can't explain   Sam 1 Mar - 1:19

YEAH Cool

Ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nola Hamner | You can't explain   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nola Hamner | You can't explain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NOLAN ? le héros, c'est celui qui fait ce qu'il peut.
» Drew-Eden « Roméo » Meyer ? And I can't explain
» Drowning Sorrows - Naël & Nola
» Such a funny thing for me to try to explain How i'm feeling. - Gialya.
» JunAmbre x Let me explain ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Becoming Heroes :: Before The Game :: Présentation :: Inscriptions validées-
Sauter vers: